Le reefer s'affirme face à son cousin dry

Le conteneur frigorifique​ devrait connaître une croissance annuelle de 3,7 % pour atteindre 156 Mt d'ici 2024, selon les prévisions de l'analyste Drewry. De ce point de vue, il supplante le vrac sec et le conteneur mais la pénurie d’équipements, particulièrement criante au plus fort de la crise du Covid, handicape son développement.

Blank sailing et profits : le sujet clivant

Les transporteurs tirent-ils profit de la situation actuelle en supprimant des capacités et en augmentant les taux de fret ? Dans son dernier rapport Container Forecaster, publié fin juin, Drewry estime que les transporteurs de conteneurs de la ligne régulière ont réalisé un bénéfice d'exploitation d'environ 1,4 Md$ au premier trimestre. Leur stratégie de gestion de crise, par le seul levier de blank sailing, a largement porté ses fruits.

Les taux de fret maritime à leur niveau le plus élevé depuis cinq ans

Les prix spot pour le transport de conteneurs sur les routes maritimes Asie-Europe continue de grimper alors que la capacité reste limitée, portant les prix mondiaux moyens à leur plus haut niveau depuis 2015, révèle la dernière note de Drewry. À se demander s’il y a un rapport entre les taux de fret et la réalité de la demande...

Drewry : L'indice des ports, toujours loin du niveau de janvier

En mars, l'indice mondial des ports à conteneurs a bondi de 124,5 points après avoir chuté de 20 points en février. Le rebond de mars, bien que représentant un gain de 15,2 % par rapport à février, n'a cependant pas retrouvé le cours...

Affrètement
 : 
Faute de grives, on mange des merles

C’est la loi de l’offre et la demande. Hyperactivité pour les uns, sous-emploi pour les autres. Des lignes de front se dessinent très clairement sur l’affrètement de porte-conteneurs. Reste à savoir comment le marché va observer les 53 méga porte-conteneurs qui vont être livrés cette année. Il faudra un acte de funambule pour les digérer.

Sanctions commerciales : À quelles routes maritimes profitent-elles ?

Outre le fait de rompre avec le cadre commercial qui avait prévalu jusqu’alors (libéralisation du commerce et multilatéralisme), l'escalade des droits de douane perturbe les volumes d'échanges et les routes maritimes. Elle ne fait pas que des perdants, le marché ayant horreur du vide.

IMO 2020
 : 
Le couple HFO-scrubbers a la cote

Pas aventuriers, les propriétaires de flotte ? Ni le GNL ni le carburant à 0,5 % ne sont parvenus à cette heure à les convaincre vraiment. Pour se conformer à la future réglementation traquant le soufre dans les carburants, ils ont opté pour ce qu’ils connaissent déjà. En espérant que leurs spéculations s’avèrent les bonnes.

Pages