Attaques en mer d'Oman : Les réactions dans la communauté du transport maritime se multiplient

L'industrie maritime se trouve une fois de plus en prise à un contexte géopolitique sur lequel elle n'a aucun contrôle. Les représentants du secteur du transport maritime se relaient pour appeler à la retenue dans l'attente d'informations avérées (les contradictions ajoutant aux tensions) tout en faisant part de leurs inquiétudes pour la navigation de ce corridor clé pour le transport du pétrole et du gaz.

Relève d'équipage : 2 000 marins en détresse

« Ils sont tous dans le même bateau ». Mais les gouvernements ne font toujours pas ce qu’il faudrait pour permettre à 400 000 marins d’embarquer et de débarquer des navires. Depuis son appel invitant les navigants à faire valoir l’équivalent d’un droit de retrait, la Fédération internationale des travailleurs du transport dit avoir reçu 2 000 messages. La Chambre maritime internationale invite la « bureaucratie » à agir urgemment.

Relève d'équipage : Le maritime et l'aérien font cause commune

L’ICS, la Chambre internationale de la marine marchande, et l'IATA, l’Association internationale du transport aérien, font pression sur les gouvernements pour qu’ils facilitent les vols… des marins. Les mesures de lutte contre la propagation, qui limitent les liaisons aériennes et cloisonnent les ports, sont devenues de véritables entraves pour les gens de mer, dans l’impossibilité d’embarquer ou de débarquer des navires. Convergence vers des ports et/ou des aéroports érigés en hubs pour marins.

Coronavirus : Le transport maritime se met en alerte

Quand le géant économique de la planète va-t-il reprendre le travail ? C’est la question qui hante actuellement les industriels et les transporteurs maritimes. L’économie mise au chômage en Chine, afin d’éviter toute propagation du virus, produit ses premiers effets indésirables. Les chantiers navals prennent du retard à un moment de sur-sollicitation. Les transporteurs du vrac, fortement tributaires de la vigueur des importations chinoises, s’inquiètent du ralentissement généralisé de la production industrielle.

Transport maritime : Un fonds de 5 milliards de dollars contre le CO2

Huit des principales associations internationales d'armateurs sont prêtes à mettre sur la table 5 Md$ pour alimenter un fonds de recherche sur les technologies et carburants décarbonés. Si l'initiative se concrétisait, il s’agirait du premier programme d’expérimentation collaboratif d’une telle ampleur dans le domaine du transport maritime international. Il serait abondé par les compagnies maritimes à raison d'une contribution obligatoire à la R&D de 2 $ par tonne de carburant. Ils détaillent leurs propositions dans un document. Modalités, gouvernance, financement...