Le Royaume-Uni s'interroge sur l'avenir du trafic de la Manche après le Brexit

Une querelle a éclaté au sein de la communauté portuaire britannique, divisé quant au devenir du trafic transmanche après le retrait définitif de la Grande-Bretagne de l'UE le 31 décembre. Une brouille créée par la publication d’une étude de UK Major Ports Group, qui représente les opérateurs privés de certains des ports de fret les plus fréquentés du pays.​ ​ Le gouvernement britannique, lui, a attribué des contrats de transport à quatre compagnies de ferries.

Le port de Liverpool et Til, associés dans un joint-venture ?

Avec son terminal Liverpool 2, Peel Ports, le propriétaire du port nord-ouest du Royaume-Uni veut se donner les moyens d'attirer des trafics de grande capacité, tels les services Asie-Europe, qui ne desservent actuellement que Southampton, London-Gateway et Felixstowe. Le propriétaire du port de Liverpool, Peel Ports, aurait crée une coentreprise avec Terminal Investment Ltd, la filiale portuaire de MSC.

Les ports francs n'aideront pas l'économie britannique

Une étude réalisée par l'Observatoire des politiques commerciales du Royaume-Uni, basé à l'Université du Sussex, sur le potentiel des ports francs en Grande-Bretagne, parvient à la conclusion que des ports avec des règles et des droits de douane assouplis auraient peu d'impact sur la croissance économique dans un Royaume-Uni post-Brexit.