Knutsen, JP Morgan et Korea Line commandent des méthaniers pour Shell

La major de pétrole Shell a choisi les trois gestionnaires de flotte pour l'affrètement à long terme de huit méthaniers bicarburants de 174 000 m3, commandés au chantier sud-coréen Hyundai. Livraison en 2022. Selon le dernier rapport d'Allied...

GTT retenu pour deux nouvelles commandes

GTT a reçu une nouvelle commande du chantier naval chinois Hudong-Zhonghua pour la conception des cuves de deux nouveaux méthaniers. L'identité de l'armateur est encore confidentiel à ce stade, précise l'entreprise française La sociét...

Le commerce de GNL se porte bien

En 2018, les importations mondiales de GNL ont atteint 313,8 Mt, soit 24 Mt de plus par rapport à l'année précédente, principalement apportés par l’accroissement des volumes de production de l'Australie, des États-Unis et de la Russie. La France détient depuis deux ans la plus grande part de marché en termes de volumes réexportés. Le taux d'affrètement moyen au comptant d'un méthanier a doublé entre 2017 et 2018.

GNL
 : 
Le terminal méthanier de Tonkin, station d'avitaillement de navires en 2021 ?

Historiquement voué à la regazéification du gaz et à son injection dans le réseau, le terminal méthanier de Fos-Tonkin, géré par Elengy, pourrait changer de vocation et approvisionner la clientèle régionale de transporteurs en GNL et devenir une station d’avitaillement navires à compter de 2021. Les résultats de l’appel à manifestation d’intérêt, lancé pour exploiter les capacités du site, seront connus en juin prochain.

Flotte
 : 
Jusqu'à six méthaniers pour DSME

Le chantier naval coréen Daewoo Shipbuilding & Marine Engineering a reçu une commande pour la construction de deux transporteurs de gaz naturel liquéfié (GNL) pour un propriétaire américain. En vertu de l'accord, les nouveaux navires seraient livrés par le chantier naval au cours du premier semestre 2021. Le contrat de construction navale s'élève à 412,1 milliards KRW (370,1 M$) et comprend des options pour quatre unités supplémentaires qui, si elles étaient exercées, porteraient la...

Soutage
 : 
Le GNL à Marseille dès 2019

Contraints par la directive de 2015, les ports du nord de l’Europe ont été naturellement les premiers à déployer des solutions d’avitaillement des navires au GNL. Concernés à leur tour par la réglementation qui impose aux armateurs à partir de 2020 de réduire leurs émissions de soufre à 0,5 %, les ports du sud emboîtent le pas à leurs homologues du Nord. Marseille-Fos, qui dispose de plusieurs terminaux méthaniers, annonce une solution opérationnelle dès 2019.

GNL
 : 
Une solution de transition ?

Ici et là, dans le monde, les ports se mettent en ordre de marche pour assurer l’avitaillement en GNL, le carburant marin qui doit permettre aux armateurs de satisfaire les normes réglementaires. Si l’investissement est peu rentable au départ au regard du faible nombre de navires circulant à ce jour au GNL, il s’avère stratégique pour maintenir leur attractivité.