Rotterdam n’a pas plongé au second trimestre

Le leader portuaire européen est parvenu à limiter la casse aux termes des six premiers mois de l’année en dépit de la crise sanitaire. Il a clôturé le premier semestre sur un recul substantiel - mais moins sévère que redouté - de ses trafics. Le conteneur a été le moins affecté par ce ressac.

[Enquête] : Anvers et Rotterdam s’organisent face à la congestion fluviale

Malgré la baisse d’activité, les bateaux fluviaux continuent à subir des temps d’attente dans les terminaux maritimes. Hubs de consolidation des trafics en amont, limitation du nombre de barges, plateforme numérique d’échanges de données, portique dédié au fluvial : Anvers et Rotterdam déploient des stratégies différentes et des solutions variées.

700 scrubbers menacés d'annulation ou de report

Selon les dernières données publiées par Clarkson Research Services, jusqu'à 700 refit avec des scrubbers pourraient être reportés ou annulés. Le différentiel des prix entre les différents carburants conformes à la réglementation a été un des principaux moteurs des investissements dans les scrubbers. L’équation ne tient plus.

Rotterdam : la Container exchange route prend forme

Le projet, qui doit permettre d’acheminer des conteneurs entre les cinq terminaux de la zone Maasvlakte 2 au moyen d’une route dédiée, avance. Le port néerlandais, qui y consacre depuis plusieurs années une part importante de son budget annuel d’investissement, vient de lancer un appel d’offres pour la fourniture du service de transport. À terme, un million de conteneurs seront acheminés via la CER.

Nouveaux rapports de force sur les ports du range nord européen

Entre janvier et mars, les six principaux ports du range nord européen (Hambourg-Le Havre) ont traité 10,6 MEVP, soit une baisse de 3 % par rapport à l'année précédente. Cette moyenne cache quelques changements majeurs entre les ports. Le volume du seul port français dans le range nord, Le Havre, a chuté de 23 %, à 532 000 EVP. Les places néerlandaise et allemande – Rotterdam et Hambourg – ont également accusé des baisses, de 5 % et 6 % respectivement avec 3,55 MEVP et 2,16 MEVP. Les deux...

L'effondrement des cours pétroliers hypothèque le devenir des scrubbers

La décision de Stolt-Nielsen de renoncer, « lorsque cela a été possible », à la mise en conformité d’une partie de sa flotte avec des scrubbers a vite été perçue comme un signal. L’écart des prix de plus en plus serré entre les différents types de carburants redistribue les cartes. Alphaliner ne note pas, pour l’heure, de grands mouvements, même après l’inédit plongeon du baril de brut américain en dessous de zéro dollar le 20 avril.​

Covid-19 : Hambourg et Rotterdam, les plus exposés en Europe

Theo Notteboom, professeur en économie et gestion portuaire et maritime à l’Université de Shanghai, a analysé plusieurs scénarios pour évaluer le degré de vulnérabilité des ports européens face à la baisse des flux de/vers la Chine.

Rotterdam freiné par le ralentissement économique en 2019

Le ralentissement de l’économie mondiale et du commerce international a contrarié l’essor du port néerlandais en 2019. Même s’il enregistre un nouveau record, la progression des volumes par rapport à 2018 a été minimale. Dans le secteur-clef des conteneurs, Rotterdam voit son avance sur Anvers se réduire.

Maasvlakte-1 : Un accord de principe entre ECT et APM Terminals à Rotterdam

Selon des médias locaux, APMT et ECT (Hutchison) auraient signé une lettre intention pour la reprise du terminal APMT Maasvlakte-1. Si l'entente était approuvée par les autorités réglementaires, il reste à analyser les répercussions au vu du subtil jeu d'alliances des armateurs au sein des terminaux.

Les six ports du range nord-européen ne font pas razzia

Entre janvier et septembre 2019, les six principaux ports du range Hambourg-Le Havre ont totalisé 33,5 MEVP, soit une hausse de 3 % par rapport à l'année précédente, à 32,43 MEVP. Le port français déçoit...

Pages