La Chine ouvre les vannes au VLSFO

Pour doper la production pétrolière locale, Pékin avait annoncé en janvier une série de mesures visant à réduire sa dépendance à l’égard des importations de combustibles marins, dont la plupart sont expédiés à partir du hub mondial de soutage qu’est Singapour. Dans la continuité de cette politique, la Chine s'apprêterait à délivrer ses tout premiers quotas d'exportation de fuel à très faible teneur en soufre.​

L'effondrement des cours pétroliers hypothèque le devenir des scrubbers

La décision de Stolt-Nielsen de renoncer, « lorsque cela a été possible », à la mise en conformité d’une partie de sa flotte avec des scrubbers a vite été perçue comme un signal. L’écart des prix de plus en plus serré entre les différents types de carburants redistribue les cartes. Alphaliner ne note pas, pour l’heure, de grands mouvements, même après l’inédit plongeon du baril de brut américain en dessous de zéro dollar le 20 avril.​

Le HFO et VLSFO se livrent une véritable guerre des prix

L'écart de prix entre les carburants à basse et à haute teneur en soufre, le bien nommé Hi5, est désormais de 34 dollars par tonne dans le plus grand centre de soutage d'Europe, à Rotterdam. En quelques jours, il y a perdu 20 $. Le scrubber ne s’impose plus comme un investissement intéressant si les prix se stabilisent à ce niveau.

NYK et MOL commandent les premiers grands vraquiers alimentés au GNL

Longs de 235 m et de 95 000 t de port en lourd, ils seront construits par les chantiers japonais Oshima et Namura. Horizon de livraison : avril et juin 2023. La compagnie nationale d'électricité Kyushu Electric Power a conclu un affrètement à long terme pour les...

CMA CGM et Total scellent leur accord pour la fourniture en GNL à partir de Fos

Annoncé déjà depuis quelques semaines , l'accord entre Total et CMA CGM pour la fourniture en GNL à partir de Fos s'est concrétisé ce 4 décembre. L'accord survient quelques heures après les déclarations d'intention du président de la République, en ouverture des Assises de l'Économie de la mer, s'engageant à concéder les investissements nécessaires pour que « certains ports stratégiques français » soient équipés en infrastructures de soutage GNL. Là réside le principal frein au développement du GNL en tant que carburant marin.

CMA CGM : Et Rodolphe Saadé glisse subrepticement que ses navires de 15 000 EVP au GNL seront avitaillés à...

Il ne fallait pas perdre une miette des discours. En l'occurrence celui de Rodolphe Saadé. Le PDG de l'armement tricolore a annoncé à l'occasion du baptême de la « promotion Jacques Saadé » de l’ENSM dans ses murs et en présence de personnalités, dont une ministre et un sécrétaire d'État, que Total avitaillera ses 5 porte-conteneurs de 15 000 EVP en GNL et... à partir de Marseille-Fos.

LNG London, un avitailleur fluvial GNL à Rotterdam

Construit et exploité par Victrol et Sogestran pour le compte de Shell, LNG London a effectué son premier soutage d’un navire GNL le 24 juin. Particularité de cet avitailleur : c’est un bateau fluvial, qui peut desservir le port de Rotterdam, où il est basé, mais aussi les autres ports de la zone ARA.

Soutage
 : 
Le GNL à Marseille dès 2019

Contraints par la directive de 2015, les ports du nord de l’Europe ont été naturellement les premiers à déployer des solutions d’avitaillement des navires au GNL. Concernés à leur tour par la réglementation qui impose aux armateurs à partir de 2020 de réduire leurs émissions de soufre à 0,5 %, les ports du sud emboîtent le pas à leurs homologues du Nord. Marseille-Fos, qui dispose de plusieurs terminaux méthaniers, annonce une solution opérationnelle dès 2019.