Le Baltic dry index atteint son plus haut niveau depuis plus de six mois

Le principal indice du fret maritime retrouve de la vigueur, stimulé par une plus forte demande pour les capesize et panamax. La réouverture progressive de tous les pays et la nécessité de réapprovisionner donnent un coup de fouet au marché du vrac sec, indiquent les courtiers. Les connaisseurs de ce marché gardent en mémoire la sinistre année 2016, où s’étaient cumulés le ralentissement de l'activité économique mondiale, la faiblesse de la demande de vrac sec en Chine et une offre excédentaire gonflée par la plus grande vague de livraison de navires que le marché n’ait jamais connue.​

Pilbara envisage un centre de soutage de GNL pour les vraquiers

Nullement surprenant au regard de la structure de l’économie régionale, dominée par les industries minière et pétrolière. La plus grande partie du minerai de fer australien est exploité non loin de Tom Price et Newman. Cette région d...

La demande chinoise de minerai de fer et de charbon défie la pandémie

Les importations chinoises de charbon ont connu un très bon début d'année. Les achats de minerai de fer sont résilients. Toutefois, la croissance de la demande n'a pas été suffisante pour faire monter les taux de fret sur le marché en difficulté du capesize.

Haropa : Le covid attaque les trafics

Pour les trois ports de l’Axe seine, 2019 s’était achevée par la présentation d’une facture salée après avoir accumulé des jours à encéphalogramme plat en raison des mouvements sociaux contre le projet de réforme des retraites. Les trafics des trois mois de l’année échappent difficilement au choc industriel chinois et à ses répliques sur l’économie européenne. Les motifs de satisfaction sont rares...

Bayonne perd du tonnage, malgré la sidérurgie

La baisse des trafics de produits chimiques et de coke de pétrole, non compensée par la hausse des trafics sidérurgiques, pèse sur le tonnage 2019 du port basque, qui n’atteint que 2,3 Mt, soit une diminution de 3 %.

Les conteneurs et le ferroviaire en grande forme à Hambourg

Le trafic conteneurisé, en particulier à destination de l’hinterland, a progressé en 2019 à Hambourg, totalisant 9,3 Mt. Cela participe particulièrement aux pré et post-acheminements ferroviaires, spécialité du port de l’Elbe.

Covid-19 : Le pétrole en apnée

La mise sous cloche de l’économie chinoise a eu pour effet quasi immédiat de perturber la chaîne de production mondiale et de mettre la demande mondiale de pétrole sous pression.

Nantes Saint-Nazaire Port : Trafics en recul en 2019

Le Grand Port maritime de Loire-Atlantique enregistre, pour la première fois depuis quatre ans, une baisse de ses tonnages. Il les maintient néanmoins au dessus de 30 Mt.

Rotterdam freiné par le ralentissement économique en 2019

Le ralentissement de l’économie mondiale et du commerce international a contrarié l’essor du port néerlandais en 2019. Même s’il enregistre un nouveau record, la progression des volumes par rapport à 2018 a été minimale. Dans le secteur-clef des conteneurs, Rotterdam voit son avance sur Anvers se réduire.

Covid-19 : Le fret en situation de « force majeure » généralisée

L’économie chinoise en quarantaine, la production mondiale doit gérer la mise en apnée. Le premier importateur mondial de matières premières, destinataire des exportations pour une trentaine de pays voire l’unique exportateur pour certains secteurs industriels donne du fil à retordre à la supply chain et au transport maritime, qui réagit différemment selon les segments.

Pages