Portuaire

Hapag-Lloyd devient actionnaire d'un grand opérateur portuaire en Inde

L’armateur allemand de porte-conteneurs opère sa stratégie d’acquisitions tambour battant dans la manutention portuaire, secteur dans lequel il accuse du retard par rapport à ses concurrents. Il a multiplié les prises ces derniers mois. Il s’attaque cette fois au marché indien en devenant actionnaire du groupe JM Baxi. L’opérateur portuaire est notamment associé à CMA CGM dans l’exploitation d’un des premiers terminaux à conteneurs du pays.
Shipping

Corsica Linea annonce la construction d’un deuxième navire

Premier navire neuf sur la Corse depuis onze ans, le nouveau ro-pax A Galeotta a été présenté le 6 janvier à Marseille, lors d’une cérémonie durant laquelle Pascal Trojani, président de Corsica Linea a évoqué la commande fin 2023 d’un deuxième navire. Un investissement pour mettre la compagnie en conformité avec la future zone de contrôle des émissions pour le soufre, effective à partir du 1 er mai 2025.
Shipping

La nouvelle DSP Dieppe-Newhaven renouvelée à DFDS

Le 1er janvier, la concession de la ligne transmanche entre Dieppe et Newhaven a été renouvelée par le département de la Seine-Maritime à DFDS pour une période de cinq ans. Le Côte d’Albâtre, l’un des deux ferries opérant le service, a démarré le 3 janvier sa première rotation depuis Dieppe. Pour cette nouvelle DSP, le maintien du pavillon français et l’impact environnemental ont primé.
Portuaire

UAT et Manuport fusionnent pour former l’Agence maritime brestoise

Depuis le 1er janvier, l’Agence maritime brestoise (A.M.B) regroupe l’Union armoricaine de transports (UAT), Manuport, les groupements d’intérêt économique Brest terminal et Sobrestock. Spécialisée dans la logistique portuaire, l’A.M.B revendique ainsi la manutention de près d’un million de tonnes de fret, soit un tiers du tonnage annuel traité par le port breton.
Shipping

Parmi les commandes de navires aux carburants alternatifs, le GNL tient toujours la corde

Alors que l’année 2022 a été particulièrement riche en commandes de navires, les carburants alternatifs montent en puissance. Les incertitudes demeurent pourtant sur leur disponibilité et leur capacité à évoluer dans les temps réglementaires. Si le méthanol et l’hydrogène suscitent un intérêt croissant, le GNL reste la solution de l’entre-deux.

Pages

En images