Shipping

CMA CGM et Engie vont investir 150 M€ dans la production de biométhane

À l’occasion du sommet mondial sur les océans qui se tient toute la semaine à Lisbonne à l’initiative des Nations unies, Rodolphe Saadé, le PDG du groupe de transport maritime et de logistique, a annoncé un investissement commun avec Engie pour produire et commercialiser du biométhane. Les deux groupes français prévoient un début de production en 2026. Le port du Havre est pressenti pour l’implantation.

Demi succès ou échec de Cosco au Pirée

Le plan d'investissements de l'opérateur du port grec a été partiellement accepté. C'était prévisible, compte tenu des fortes oppositions qui se sont manifestées ces derniers mois. Principal revers pour Cosco : l'extension refusée de son terminal à conteneurs, dont la croissance est impressionnante au point de devenir un concurrent sérieux à Valence et Algésiras sur les bords de la Méditerranée.

Le Royaume-Uni attribue des contrats de transport « sans accord »... encore une fois

Le Royaume-Uni affectionne les « remakes ». Après avoir commis l'impair d'attribuer puis annuler des contrats de transports sous le précédent gouvernement de Theresa May, en vue de s'assurer par anticipation des capacités de fret supplémentaires dans la perspective d'un tohu-bohu après la sortie du Royaume Uni de l'UE, l'actuel exécutif s'y emploie à son tour.
Shipping

ArianeGroup mise sur la propulsion vélique et le maritime

Le leader européen de lanceurs spatiaux confie à l'armateur Alizés la réalisation du roulier chargé de transporter les éléments constituant le lanceur Ariane 6, collectés et acheminés depuis Brême, Rotterdam, Le Havre et Bordeaux vers Kourou. ArianeGroup n'est pas le seul groupe à miser sur la logistique maritime... et la voile. Airbus et Louis Dreyfus Armateurs sont aussi associés dans cet esprit.

Bourbon : Les administrateurs judiciaires, saisis d'une offre de reprise

Le groupe français spécialisé dans l'offshore pétrolier a demandé à Euronext Paris de procéder à la suspension de sa cotation pour laisser le temps aux administrateurs judiciaires d'analyser l'offre de reprise déposée par une société détenue par un groupe de banques françaises.

Pages

En images