Le port de Caen-Ouistreham va créer un terre-plein de 3 ha au nord des écluses pour accueillir la base de maintenance du champ éolien offshore de Courseulles. Ces travaux font suite à l’installation d’un dispositif d’entrée aux écluses permettant l’accueil de navires jusqu’à 27,4 m de large.

Un investissement de 10 M€ a été réalisé par les Ports de Normandie, qui exploite les ports de Caen-Ouistreham, Cherbourg et Dieppe, pour l’installation d’un dispositif de guidage des navires à l’entrée des écluses des Ouistreham. Le chantier, débuté le 7 janvier 2019, se termine actuellement avec l’installation, depuis le 29 octobre 2019, de boucliers de défense d’un poids unitaire de 150 t, construits au port de Dieppe par la société Manche industrie marine (MIM). L’opération doit « pérenniser l’avenir économique du port » selon Ports de Normandie, en permettant l’accès à la grande écluse de navires plus larges. D’une largeur de 28,45 m, le sas de la plus grande des deux écluses de Ouistreham était précédemment interdit d’accès aux bateaux de plus de 24 m de large, 160 m de long et 22 000 t. Les navires mesurant jusqu’à 27,4 m de large, 180 m de long et 33 000 t pourront désormais emprunter cette écluse.

Extension portuaire

Les travaux ne s’arrêtent pas là pour le port de Caen-Ouistreham. Le môle Ouest va en effet être agrandi pour créer un terre-plein de 3 ha, au nord des écluses, qui doit accueillir la future base de maintenance prévue par EDF pour le champ éolien offshore de Courseulles-sur-Mer. Cette extension du port, dont les travaux, qui vont bientôt commencer, devraient durer quatre à cinq mois, coûtera 2,5 M€ aux Ports de Normandie pour la création sur le site d’une centaine d’emplois. Les 85 000 m3 de remblais nécessaires à la création du terre-plein, acheminés sur site par camion, emprunteront un pont provisoire qui a été installé à côté du barrage du Maresquier afin de ne pas endommager cet ouvrage de régulation des crues de l’Orne par un trafic routier soutenu. Une compensation des dommages écologiques induits par le gain sur la mer de ces 3 ha de terre-plein a été prévue : il s’agit d’une vasière de 4,5 ha qui sera créée par les Ports de Normandie au sud du port de plaisance.

Trentaine de places supplémentaires pour la plaisance

Le port de plaisance va aussi profiter du programme d’investissement, avec la création d’une trentaine de places supplémentaires pour les bateaux de passage et de deux cales de mise à l’eau. La création de trois pontons est aussi prévue : l’un pour les navires de pêche, le second pour la SNSM et le troisième pour les navires utilisés pour les énergies marines renouvelables.

Enfin, des aménagements vont être réalisés pour l’accueil d’un nouveau navire de l’armement Brittany Ferries propulsé au GNL. Le Honfleur, dont l’arrivée est prévue à Ouistreham courant 2020, nécessite donc des installations de stockage de GNL. Sa taille, supérieure à celle du Mont-Saint-Michel ou du Normandie, oblige aussi le port à créer une nouvelle passerelle, à installer un duc-d’Albe supplémentaire et élargir le cercle d’évitage. Au total, le programme d’investissement du port de Caen-Ouistreham atteint 20 M€, dont la moitié pour le dispositif de guidage des navires aux écluses.

Étienne Berrier