Les exploitants de vraquiers sont toujours au large des ports chinois, empêchés de décharger leurs cargaisons de charbon, devenu enjeu des tensions diplomatiques entre Pékin et Canberra. Au total, 71 navires composeraient une file d’attente qui s’allonge depuis mai, faute d'autorisation de faire escale dans un port chinois. L’interdiction a déjà remodelé les flux commerciaux, les imports chinois mais aussi les exports australiens.
Cet article est réservé aux abonnés. Le contenu de ce site est le fruit du travail de la rédaction pour délivrer une information de qualité et exclusive. Cette mobilisation a un coût et est financée par le revenu généré par la publicité et l'abonnement. En vous abonnant, vous contribuez à cette chaîne de valeur et assurer la pérennité de notre média. Découvrez nos offres.

Logo Journal Marine Marchande

Je m'abonne

Déjà abonné ? Identifiez-vous