Le propriétaire de porte-conteneurs, non exploitant, transgresse les frontières et réinvestit une partie de ses liquidités, tirées de l’essor de l’affrètement, dans le vrac sec. Le secteur connait actuellement une conjoncture très favorable.
Cet article est réservé aux abonnés. Le contenu de ce site est le fruit du travail de la rédaction pour délivrer une information de qualité et exclusive. Cette mobilisation a un coût et est financée par le revenu généré par la publicité et l'abonnement. En vous abonnant, vous contribuez à cette chaîne de valeur et assurer la pérennité de notre média. Découvrez nos offres.

Logo Journal Marine Marchande

Je m'abonne

Déjà abonné ? Identifiez-vous

Sur le même sujet