©Airbus

 

Comme annoncé fin janvier, l’armateur français se positionne dans le fret aérien en créant sa division Air Cargo au moyen d’une flotte de quatre A330-200F, détenue en propre. Sa gestion sera confiée à une compagnie aérienne nord-européenne. Et il se pourrait bien que ce soit Air Belgium, qui a annoncé il y a une semaine sa diversification vers le fret avec quatre cargos… Dubreuil Aéro​, dont CMA CGM devait être actionnaire, devient finalement un partenaire commercial.

Conformément à ce qu’il avait glissé entre deux propos et confirmé le 27 janvier à l’occasion d’un échange avec le président du Medef local, CMA CGM prend les airs et annonce officiellement la création d’une division spécialisée dans le fret aérien – CMA CGM Air Cargo – ainsi que l’acquisition de quatre freighters A330-200F. Il n’était jusqu’alors question que de deux, auprès de la division cargo de Qatar Airways. Il est fort probable que les deux autres aient le même vendeur. 

Les opérations de cette nouvelle flotte seront confiées à une compagnie européenne, indique le groupe, sans autres précisions, mais la compagnie Air Belgium fait l’unanimité chez nos confrères de la presse aérienne. D’autant que la compagnie a annoncé il y a une semaine qu’elle se diversifiait dans le fret au départ de Liège et au moyen de quatre cargos, dont les deux premiers opérationnels à partir de mars.

La direction de la division cargo de CMA CGM sera, elle, pilotée par Xavier Eiglier, dans le groupe depuis près de 11 ans et ayant effectué une bonne partie de son parcours professionnel chez ANL, l’ex-compagnie nationale australienne que CMA CGM a reprise en 1998. Xavier Eiglier y a occupé plusieurs postes de direction.  

Rodolphe Saadé, PDG de CMA CGM : « J’ai décidé d’investir dans deux avions cargos » 

Quand mer et ciel se brouillent

Avec ce nouveau pilier s’ajoutant à ceux du transport maritime et du freight forwarding grâce à l’acquisition de Ceva Logistics, l’armateur de porte-conteneurs s’inscrit assez logiquement dans la ligne stratégique édictée par Rodolphe Saadé dès sa prise en main opérationnelle du groupe créé par son père : asseoir une stratégie door-to-door en maîtrisant chaque maillon de la chaîne d’approvisionnement.  

L’acquisition de Ceva Logistics, qui fut d’abord défensive (la compagnie maritime, actionnaire, était montée au capital de Ceva à la suite de la volonté d’un des actionnaires de référence de se désengager et alors que le danois DSV tentait une OPA), entre dans ce cadre où la ligne de partage entre la mer et le ciel se brouillent à l’horizon.  

Les A330-200F, version fret de l’A330, dont le fuselage spécifiquement optimisé pour plusieurs types de palettes et de conteneurs (grâce à sa grande porte de fret du pont principal) offre une capacité d’emport de 60 t, sur un rayon d’action long-courrier, jusqu’à 7 500 km. Les divisions cargo d’Etihad Airways, de Turkish Airlines, Malaysia Airlines, Hong Kong Airlines et Qatar Airways les ont plébiscités dès leur entrée en service.  

 « C’est un tournant majeur dans le développement de notre offre logistique, mentionne Rodolphe Saadé dans le communiqué de presse. Pour disposer de solutions logistiques agiles, nous créons une nouvelle division dédiée au transport aérien (…) Elle mènera des partenariats commerciaux avec des compagnies aériennes afin d’offrir une couverture globale ». 

CMA CGM entre au capital de Dubreuil Aéro 

Des partenaires commerciaux pour étendre le rayon d’action

Un premier devrait se concrétiser avec Air Caraïbes et French Bee, les deux compagnies de Dubreuil Aéro, qui disposent à elles deux de 14 avions long-courriers qui permettent de transporter, en plus des passagers, entre 15 et 25 t de fret. 

Le protocole d’accord, signé en septembre dernier entre les deux groupes familiaux « à l’héritage commun » (ancrage historique Outre-Mer), devait se concrétiser par une prise de participation de CMA CGM à hauteur de 30 % du capital du groupe de transport aérien. La prise de participation, qui devait se faire par souscription d'une augmentation de capital et par l’acquisition d’actions ordinaires, n’a pas abouti.

Finalement, il devient un « partenaire commercial ». C’est ce qui était déjà pressenti lorsque Rodolphe Saadé a annoncé l’acquisition d’une flotte en propre. « Le projet d’investissement au capital de Dubreuil Aéro n’est pas poursuivi, confirme aujourd’hui l’armateur. De nouveaux projets de coopération commerciale entre les deux groupes dans le secteur du transport de fret aérien sont actuellement à l’étude. »

Adeline Descamps