Le 4 décembre, le gouvernement de Tanzanie a approuvé l'accord signé entre le fonds omanais SGRF (State General Reserve Fund) et China Merchants Port pour réactiver le projet du port de Bagamoyo. Une validation gouvernementale qui permet de relancer le projet de ce port et de sa zone franche adjacente. Cette signature marque la relance du projet de port sur Bagamoyo dont le montant de l'investissement est estimé à 10 Md$. Les premiers coups de pioche de ce projet remontent au dernier trimestre 2015. Dès les premières semaines de 2016, le gouvernement qui se met en place décide de suspendre les travaux de ce projet. Véritable serpent de mer est africain, Bagamoyo est né en 2013 lorsque les gouvernements tanzanien et chinois signent un premier accord. Au mileiu de 2014, le fond omanais SGRF rejoint les participants. Au cours du troisième trimestre 2015, le gouvernement tanzanien attribue la concession pour les travaux qui démarreront quelques semaines plus tard. Dès l'origine, le projet devait voir le jour en 2017. A cette époque, le projet de Bagamoyo est largement critiqué par l'opposition. Elle y voit un gaspillage des fonds, des ressources et un manque de concertation parlementaire. Dès lors, quand l'opposition est arrivée au pouvoir en 2016, de nouvelles propositions sur ce projet ont été présentées. Le fond omanais espère désormais pouvoir avancer rapidement dans les travaux afin de redévelopper une route historique de relations commerciales entre l'Afrique de l'est et Oman. Il reste encore des étapes à franchor et notamment l'impact environnemental du projet ainsi que les contrats des travaux avant que ne redémarrent véritablement les nouveaux coups de pioche.

Le projet de Bagamoyo prévoit la construction d'un port en eaux profondes qui devrait se faire en plusieurs phases. Il est destiné à traiter des trafics de marchandises hors les produits pétroliers. Avec une capacité, dans sa phase finale, de 20 MEVP, il pourrait devenir à l'avenir le plus grand port d ela façade orientale du continent africain. Une zone industrielle franche sera adjacente à ce port qui s'étendra sur 1700 hectares.

En l'état actuel des opérations, les analystes prévoient que le port pourraient devenir opérationnel entre la fin 2018 et 2022.