Le port et le gouvernement flamand investissent pour retirer quelques 250 000 camions par an des routes
Le port et le gouvernement flamand investissent pour retirer quelques 250 000 camions par an des routes ©H.D.

Le port d’Anvers va investir 1,4 M€ au cours des trois prochaines années dans des projets visant à réduire le trafic routier dans la zone portuaire de 250 000 camions par an. Le gouvernement participe à ce projet avec une enveloppe de 1,4 M€. Sept projets sont retenus, qui bénéficieront d’une intervention de 200 000 € répartis sur trois ans. DP World va améliorer sa desserte ferroviaire, notamment avec un nouveau service vers Stuttgart offrant ainsi une alternative à l’industrie automobile allemande. En 2020 la part du trafc ferroviaire sur son terminal devrait passer à 10%, soit 50 000 camions en moins. Delcatrans développe une plate-forme reefer pour le fluvial à son terminal de Wielsbeke, avec pour un résultat escompté une réduction de 5 400 camions par an. Hakka SA, qui gère une plate-forme digitale pour le secteur routier,  vise à réduire au maximum les voyages à vide, et ainsi retirer 120 000 trajets des routes. Port-Liner Holding va avec 5 barges hybrides opérer entre le terminal intermodal de Kempen (Sud des Pays-Bas) et Anvers: un projet qui pourrait réduire les trajets de 23 000 camions  par an. Danser met au point un concept « hub & spoke » le long du canal Bruxelles-Escaut avec la création d’un système de corridor entre le Nord de la France et Anvers. Le but est d'enlever le trafic de 26 000 camions par an. Europort Inland Terminals réalise une nouvelle liaison ferroviaire entre Liège (Île Monsin) et Anvers avec deux rotations par semaine dès le mois de janvier. Cela se traduira par la disparition de 16 200 camions par an. Enfin, Slovak Shipping Ports réalisera à la mi 2018 un train combiné (conteneurs et wagons conventionnels) entre Bratislava et Anvers avec deux départs par semaine, soit 6 000 camions en moins par an.