Selon les dernières données du World Fleet Monitor publiées le 18 septembre par Clarkson Research Services, le drapeau britannique a été éjecté des 20 premiers registres d’immatriculation des navires mondiaux, passant de la 19e place en août à 21 en septembre au profit de l'Inde et de l'Iran.

Il semblerait qu'il manque quelques unités à l'appel. Le contingent de navires sous le Red Insign britannique s'élève désormais à 956 navires totalisant 10,6 millions de tjb. Soit une baisse de 34 % par rapport aux 16,1 Mtjb inscrits dans ses registres au début de l'année. Dans le dernier état des lieux délivré par le World Fleet Monitor le 18 septembre, le drapeau britannique ne figure plus parmi les 20 premiers registres mondiaux d’immatriculation des navires, passant de la 19e place en août à 21 en septembre au profit de l'Inde et de l'Iran.

Le français CMA CGM fait partie de ceux qui ont retiré des navires (49 unités, transférées pour partie vers le Rif et Malte) en anticipation du Brexit. Le 4e armement mondial de conteneurs avait alors justifié cette décision « à la lumière de Brexit et pour éviter toute incertitude sur l'état de notre flotte et de la réglementation ». Les navires sous pavillon britannique perdant le statut communautaire avec le Brexit, ils ne peuvent plus bénéficier en réalité de la taxe au tonnage, coup de pouce non négligeable pour les armateurs (l’imposition est déterminée par le tonnage net de la flotte de navires exploitée, indépendamment du volume transporté et du résultat d’exploitation).

Pour autant, le Royaume-Uni a de grandes ambitions dans le maritime (une feuille de route de 60 pages présentée du temps de Theresa May). Les autorités en charge du registre britannique n'ont pas hésité à présenter la semaine dernière un objectif de croissance de 12,5 % (sic !) pour les 12 prochains mois.

A.D.