Les trois plus grandes compagnies pétrolières européennes ont réussi à transformer les déficits du deuxième trimestre en petits profits. Et ce, avec un baril autour de 40 $. Pour autant, les trois supermajors sabrent encore dans les investissements…
Pour poursuivre la lecture de ce contenu, abonnez-vous dès maintenant

Logo Journal Marine Marchande

Je m'abonne

Déjà abonné ? Identifiez-vous