©DR

 

L'écart de prix entre les carburants à basse et à haute teneur en soufre, le bien nommé Hi5, est désormais de 34 dollars par tonne dans le plus grand centre de soutage d'Europe, à Rotterdam. En quelques jours, il y a perdu 20 $. Le scrubber ne s’impose plus comme un investissement intéressant si les prix se stabilisent à ce niveau. 

Les choses se précisent sur les rapports de force entre les différents carburants conformes et, indirectement, sur la pertinence ou pas de l’investissement dans les scrubbers qui permettent de conserver un fuel en haute teneur en soufre tout en étant dans les clous de la réglementation. L’écart de prix, qui était encore de 60 $/t il y a quelques jours, est désormais d’à peine plus de 30 $ dans le plus grand port de soutage européen, Rotterdam. Et le Hi5, appellation donnée à l'écart de prix entre les fuels à basse et à haute teneur en soufre, évolue très vite. Il était passé sous la barre des 50 $/t pour la première fois au début de cette semaine et a accusé une nouvelle baisse des prix le 15 avril.

La prime aux scrubbers, une évidence contestée

Ailleurs dans le monde 

Dans les autres hubs de soutage, le Hi5 se réduit également. L'écart de prix moyen entre les 20 premiers ports de soutage du monde, tel que suivi par Ship&Bunker, s'établit à seulement 55 $/t. Durant les premières semaines de janvier, juste après l’entrée en vigueur de la réglementation, le différentiel était de 343 dollars. En mars, il n’était plus que de 86 $/t en moyenne. La baisse historique de la demande de pétrole et les mesures prises pour lutter contre la pandémie pourraient encore exacerber l’écart, estiment les observateurs du marché. 
Dans l’immédiat, la chute spectaculaire des prix du VLSFO, associée à la détérioration rapide des perspectives de l'économie mondiale au cours des dernières semaines, a incité de nombreux armateurs à abandonner ou mettre en suspens les travaux prévus sur les flottes pour les équiper de scrubbers. La technologie est en effet intéressante quand l’écart entre le LSFO et le HFO se situe entre 300 et 350 $/t. Aux niveaux d’aujourd’hui, le nombre d’années pour rentabiliser l’investissement s’allonge significativement. 

Près de 15 % de la flotte maritime mondiale était équipée d'un scrubber, selon les données de Clarkson Research Services. Pour DNV GL, 4 014 navires en étaient dotés ou sur le point de l’être au 1er mars. Les vraquiers figuraient parmi les premiers utilisateurs de la technologie avec 1 365 unités, devant les porte-conteneurs (814 navires), les pétroliers (572 navires), les méthaniers (520 navires) et les paquebots (215 unités), ces derniers partisans également du GNL. 

A.D

 

Sur le même sujet