Le Pascal Paoli (photo) et le Jean Nicoli seront équipés début 2020, également lors de leur arrêt technique.

 

Dès 2019, Corsica Linea commencera à connecter ses ferries au réseau électrique à terre lors de leurs escales marseillaises. L'armateur équipera trois des sept navires de sa flotte.

C’est au tour de Corsica Linea d’équiper ses trois ferries de dispositifs leur permettant de se brancher au réseau électrique à quai sur le port de Marseille. Après La Méridionale, la compagnie maritime profitera du prochain arrêt technique du "Paglia Orba", entre janvier et mars prochains, pour installer à son bord un local de connexion de 11 000 volts, un tableau électrique et un transformateur permettant d'adapter la puissance du réseau à la tension du navire (380 volts). Corsica Linea et le Grand Port maritime de Marseille (GPMM) construiront également une potence d'alimentation électrique au poste à quai 78. En amont, le GPMM se charge de la construction à terre d’une station de distribution. 

Le Pascal Paoli et le Jean Nicol" seront, eux, équipés début 2020, également lors de leur arrêt technique. En basculant vers cette technologie, l'armateur corse lance la seconde phase de son développement, qui doit lui permettre de proposer des services "durables et vertueux". "Ce procédé permet de couper les moteurs diesel des ferries à quai, ce qui conduit à ne plus dégager de fumées durant les dix à onze heures par jour où ils demeurent postés, se félicite le directeur général de Corsica Linea, Pierre-Antoine Villanova. Cela améliorera de façon directe la vie des riverains", assure-t-il, appelant les ports corses à suivre ce mouvement. 

4,6 M€

Concrètement, lorsque le navire est à quai, le bord manœuvre à distance la potence d'alimentation, récupère la prise de connexion et la branche. La production d'énergie des moteurs diesels qui entraîne les alternateurs est alors transférée vers le réseau terrestre et les moteurs peuvent être coupés. L'opération permet de supprimer les émissions polluantes (oxydes de carbone, de soufre, d'azote et particules fines), les nuisances sonores et la vibration des moteurs. Les navires de Corsica Linea utilisent en moyenne 1 000 à 1 500 kWh à quai, soit la consommation électrique de 300 logements. L'installation prévue en 2019 pourra fournir 2 000 kVA à chaque navire.

Le coût de ce projet s’élève à 4,6 millions d'euros. L'Ademe y participe à hauteur d’un million. Le conseil régional de Provence-Alpes-Côte d'Azur engage également 978 000 euros (750 000 pour l’armateur et 228 000 pour le GPMM). Corsica Linea sera en outre exonérée durant dix ans de taxes portuaires. 

La Méridionale pratique le branchement à quai depuis janvier 2017 à Marseille et s'apprête à tester à Ajaccio une solution mobile proposant une connexion électrique des navires en escale sans travaux lourds sur les quais. Ce dispositif plus léger utilise le GNL, ce qui permet également de ne pas affecter le réseau électrique insulaire. Selon Christophe Seguinot, le directeur technique de La Méridionale, "la connexion électrique des navires à quai permet d'économiser 7. 000 tonnes de CO2 sur une année, soit l'équivalent de 1,6 million de voitures sur un trajet de 64 km".

 

--- Caroline Garcia ----