L'opérateur portuaire annonce avoir signé le 18 septembre des accords pour la cession de ses intérêts dans les terminaux de Nanjing Longtan, Yangzhou Yuanyang et Zhangjiagang, dont le(s) repreneur(s) ne sont pas connus. CoscoSP cherche à optimiser le portefeuille de ses terminaux « à domicile ».

Cosco Shipping Ports semble vouloir recycler son capital... à en juger par le « ménage » qu'il effectue ces derniers temps dans le portefeuille de ses actifs, notamment ceux qui ne contribuent ni  ses bénéfices ni à la croissance de ses volumes. En l'occurrence, selon les analystes, il devrait obtenir des dernières opérations relatives aux terminaux de Nanjing Longtan, Yangzhou Yuanyang et Zhangjiagang, environ 2,32 milliards de yuans, soit 325,5 M$. À l'issue, l'opérateur portuaire du groupe Cosco ne détiendra plus aucune participation ni intérêts dans les sociétés exploitant ces terminaux. « La cession d'intérêts dans divers actifs portuaires est notre réponse aux changements dans la région », a justifié succintement l'opérateur portuaire basé à Hong Kong dans un communiqué.

La société entend recenter ses intérêts dans le delta du Yangtsé, et notamment de renforcer le développement du terminal de Nantong Tonghai (+ 22 % en 2017, + 28 % en 2018, 1,3 MEVP) et du terminal CSP de Wuhan. CoscoSP a en outre révélé son intention de vendre toutes ses participations indirectes dans Taicang Terminal et Jiangsu Petrochemical Terminal d'accords pour des raisons financières et d'efficacité opérationnelle, a déclaré Feng Boming, président de CoscoSP.

Maîtres du monde portuaire

Dans le dernier classement de Dynamar, la Chine avait 25 ports de plus d'un million de conteneurs EVP parmi les quelque 150 premiers mondiaux. En 2018, rares sont les ports chinois qui ont dévissé : Dongguan (- 13 %), Dalian (- 2 %), Yangon (- 1 %). Voire ceux qui étaient en perte de vitesse en 2017 ont vite repris de l’aplomb (Kaohsiung, + 2 %). Certains ont confirmé leur percée, dans des croissances toutefois plus modestes : Jinzhou (+ 48 % en 2017, + 12 % en 2018, 1,4 MEVP), Tangshan (+ 31 % en 2017, + 17 % en 2018, 2,96 MEVP), Nantong (+ 22 % en 2017, + 28 % en 2018, 1,3 MEVP), Haikou (+ 17 % en 2017, + 13 % en 2018 avec 1,8 MEVP). D’autres s’affirment, tels Zhanjiang (+ 12 %, 1,01 MEVP), Qinzhou (+ 31 %, 2,3 MEVP), Rizhao (+ 24 % avec 4 MEVP) et Yantai (+ 11 %, 3 MEVP).

Les premières places du classement mondial des ports les plus fréquentés restent toutefois occupées par Shanghai, Ningbo, Guangzhou, Qingdao, Tianjin, Kaohsiung et Xiamen. Shanghai et Singapour, les deux leaders mondiaux (avec 42 et 36,6 MEVP), qui concentrent à eux deux plus de 10 % de l’activité portuaire conteneurisée mondiale, restent les intouchables asiatiques. Mais Singapour, conforté par la réorganisation des alliances et épargné par le conflit commercial entre la Chine et les États-Unis, fait mieux que son éternel rival avec une croissance de 9 % (contre 4 % pour Shanghai).

Montée en puissance de Guangzhou et Qingdao

Le déclassement de Hong Kong reflète à la fois les effets de la guerre commerciale entre la Chine et les États-Unis, qui ont entravé le commerce transpacifique, mais aussi de façon plus structurelle la montée en puissance de Guangzhou, seul port en eaux profondes sur la rive Ouest du delta, et de Qingdao, tous deux largement subventionnées par des deniers publics. Sur la rive Est, Shenzhen a cédé sa place à Ningbo qui, avec 26,3 MEVP, se hisse sur la 3e marche du podium mondial. Il la doit au développement du transport combiné mer-rail (600 000 EVP) et à sa localisation près de l’embouchure du Yangtze.

Les ports chinois trustent ainsi les 15 premières places mondiales avec huit ressortissants et un cumul de 172,2 MEVP (sur un total de 673 MEVP pour les 143 premiers ports mondiaux). Et si on élargit aux autres pays d’Extrême Orient, le top 15 en compte 12. C’est le Taïwanais Kaohsiung qui clôture cet entre-soi et il le doit surtout aux échanges avec les autres pays du Sud-Est asiatique.

Dans la manutention, CoscoSP à la 3e place mondiale

Le cabinet de conseil britannique Drewry, qui a publié en août son Global Container Terminal Operators Annual Review and Forecast 2019, place CoscoSP à la 3e place mondiale avec 46,1 MEVP manutentionnés en 2018 (loin de l'autre Chinois, China Merchant avec 35,1 MEVP) , à quelque 0,6 million de conteneur du n°2 mondial, Hutchison Ports (46,7 MEVP), lequel reste largement distancé par le Singapourien PSA avec ses 60,3 MEVP triomphants. Le trio de tête s’est accaparé 40 % du volume de conteneurs manutentionnés en 2018. Le consultant prévoit une croissance mondiale de 4,4 % par an en moyenne, portant le volume manutentionné à 973 MEVP en 2023.

Adeline Descamps