Conclu il y a plus d’un an, l’accord de libre-échange entre Singapour et l’Union européenne entre en vigueur ce 21 novembre. Classé en tête des grands centres mondiaux du commerce par l’indice Xinhua-Baltic Exchange 2019 qui évalue l'environnement portuaire et les services qui y sont associés, Singapour devrait encore creuser l'écart avec la gigantesque extension portuaire programmée avec le nouveau port de Tuas. 

Ainsi en a décidé le Conseil de l’Union européenne, au cours de sa réunion du 8 novembre dernier. L’accord de libre-échange avec Singapour entrera en vigueur le 21 novembre. Singapour va supprimer tous les droits de douanes qui existaient encore sur certains produits, comme les boissons alcoolisées. L’UE, de son côté, ouvre l’accès à son marché en franchise de douane à plus de 80 % des produits importés depuis Singapour. Les droits de douanes maintenus pour les produits restants ne le seront que pour quelques années et ont vocation, à terme, à être eux aussi supprimés.

« Les obstacles techniques et non tarifaires au commerce des marchandises seront supprimés dans des secteurs tels que l'électronique, les véhicules à moteur et leurs pièces, les produits pharmaceutiques et les dispositifs médicaux, les énergies renouvelables et les produits bruts et transformés d'origine animale et végétale », note aussi le Conseil de l’Union européenne.

Ouverture des investissements dans le transport maritime

L’accord comprend aussi une coopération douanière renforcée, la reconnaissance mutuelle des règles d’origine, la protection des droits de propriété intellectuelle, des engagements contraignants en ce qui concerne le social et la protection de l’environnement, et enfin l’ouverture des marchés de service et d’investissement dans plusieurs domaines, dont le transport maritime.

« Avec plus de 50 000 entreprises européennes exportant vers Singapour, dont la grande majorité sont des PME, l'importance de cet accord pour les entreprises européennes ne peut être surestimée. Il présente le potentiel nécessaire à la création d’un environnement commercial prospère et au renforcement de nos relations avec notre plus grand partenaire en Asie du Sud-Est », estime le président du Conseil, le Finlandais Ville Skinnari.

Un nouveau site portuaire avec 26 km de quais

Singapour, selon l’indice Xinhua-Baltic Exchange 2019, reste en tête des centres de développement du commerce maritime international. Cet indice, qui évalue les grands centres mondiaux du commerce selon leur environnement portuaire et les services qui y sont associés, place Singapour en première position, devant Hong-Kong, Londres, Shanghai, Dubaï et Rotterdam. L’écart, depuis six ans que cet indice existe, s’est progressivement réduit entre Singapour et Hong-Kong. Il pourrait cependant se creuser à nouveau avec la mise en œuvre à Singapour du projet d’extension portuaire Tuas. Quatre phases sont prévues pour cet énorme chantier. La première doit être livrée en 2021, augmentant de 20 MEVP la capacité de manutention du port de la cité-État, qui atteindra 65 MEVP. En 2027, il est prévu que les terminaux de PSA, situés à Tanjong Pagar, Keppel et Brani, déménagent vers Tuas. Le chantier, qui va s'échelonner jusqu’en 2040, doit porter à 26 km le linéaire de quai du nouveau port de Tuas.

Étienne Berrier