©DR

 

L’opérateur portuaire de Hong Kong entend bien répondre à l’appel à projets du gouvernement britannique qui veut créer des ports francs pour stimuler la croissance des échanges après le Brexit. Il porte un projet à l’est autour des ports jumeaux de Felixstowe et Harwich, de part et d'autre de l'embouchure de la rivière Orwell. 

Il l’avait promis durant sa campagne. Le premier Ministre britannique Boris Johnson a annoncé, en février dernier, qu’il souhaitait créer jusqu'à dix ports francs autour des ports et des aéroports du pays d'ici à la fin 2021 à la satisfaction de plusieurs ports britanniques qui les avaient requises pour absorber le choc commercial de l’après Brexit. Dans ces zones, qui devront faire l’objet d’une candidature par les villes intéréssées, l'importation, la fabrication et l'exportation de marchandises seront possibles dans le cadre de règles douanières allégées.

Exemption de droits de douane sur les importations de marchandises, sur les produits réexportés, sur les matières premières importées destinées à des produits finis, de déclarations douanières sur les imports pour les entreprises qui y sont implantées, les ports francs bénéficieront également de procédures administratives simplifiées pour l'aménagement des friches industrielles, ainsi que d'un ensemble de dispositions fiscales pour contribuer à stimuler l'emploi, la croissance et l'innovation. 

Point de jonction 

L’opérateur singapourien Hutchison Ports a dévoilé les détails de l’ambitieux projet qu’il porte. Baptisé Freeport East, le port franc est envisagé comme un « centre de fabrication, d'énergie verte et d'innovation » qui s'appuiera sur les atouts spécifiques de la région de l'Est, les universités, dont certaines de classe mondiale basées à Cambridge, et ses entreprises de haute technologie

La zone franche s’appuierait sur les deux ports de Harwich et de Felixstowe, qui bordent les deux rives de l'embouchure de la rivière Orwell. Le premier a développé une activités de maintenance pour le parc éolien de Galloper, dispose de liaisons de ferry avec les Pays-Bas et loge le centre de recherche de Trinity House, l'organisme britannique chargé des phares et des aides à la navigation. Quant à Felixstowe, il est le port à conteneurs le plus actif du Royaume-Uni, avec plus de 4 MEVP par an, des liaisons maritimes directes avec le monde entier et des liaisons routières et ferroviaires efficaces avec le reste du pays. 

Puissants aimant pour les investissements

« La combinaison des ports de Felixstowe et de Harwich est une opportunité pour le Royaume-Uni dans le monde de l'après-Brexit car ils se trouvent au point de jonction entre la principale route commerciale du Royaume-Uni vers et depuis l’Asie et les liaisons de fret vers et depuis l'Europe du Nord, assure Clemence Cheng, directeur exécutif de Hutchison Ports et directeur général de Hutchison Ports Europe. Avec les compétences techniques de pointe offertes par les universités, notamment l'université de Cambridge, ils peuvent agir comme des aimants pour attirer de nouveaux investissements au Royaume-Uni et en particulier dans la zone située autour de ce point de jonction unique. »

Le première freeport britannique devrait être opérationne en 2021. 

Robert Jaques