Port de Mahe aux Seychelles ©DR

Le groupe de construction navale français s’associe à UCPS, entreprise de construction civile et d’ouvrages maritimes, pour s’implanter aux Seychelles. La nouvelle société proposera dans un premier temps des services de maintenance navale à flot aux armateurs civils et militaires.

Le constructeur naval de Concarneau, spécialisé dans la construction de navires techniques jusqu’à 120 m, s’est abonné à l’hyperactivité. Ces dernières semaines, il a enchâssé les annonces. En décembre, il annonçait l’acquisition des chantiers roumains ATG, implantés à Bucarest en Roumanie, dans une logique de maîtrise du risque industriel et de contrôle de ses capacités. Cette fois, il annonce son déploiement aux Seychelles.

Après s’être implanté à la Réunion en 2018, il consolide ses implantations dans l’océan Indien et le fait en s’appuyant sur un acteur local bien introduit sur le marché. Armateurs de barges LCT, UCPS réalise les travaux maritimes et le transport de colis lourds entre les îles.

Les ateliers de la nouvelle coentreprise, dénommée Piriou Seychelles, sont installés au sein du Marine Engineering Center du Seychelles Port Authority (SPA), à proximité immédiate du quai IPHS et du quai de débarquement des sennes des thoniers, indique l’entreprise. Elle proposera dans un premier temps ses services de maintenance navale à flot aux armateurs civils et militaires.

Construction d’un réseau international

« C’est une nouvelle étape dans notre positionnement au coeur de l’océan Indien. Cette installation nous permettra de renforcer les liens avec nos clients historiques de la pêche thonière océanique tels que SAPMER et CFTO mais également d’apporter à tous les armateurs opérant des navires de service et de grande plaisance des services de proximité et de qualité aux standards des chantiers européens », explique Vincent Faujour, le président du groupe Piriou.

C’est en 2017 que le constructeur naval a entrepris d’étoffer son réseau international. Il a ainsi ouvert La Réunion, le Maroc et le Sénégal mais s’est retiré de Côte d’Ivoire l’an dernier.

A.D.