Parti de Chine le 28 mars, le premier train en provenance de Wuhan depuis le début de l’épidémie de Covid-19 est parvenu à Duisbourg le 14 avril. ©DR

Alors que les expéditions ferroviaires de marchandises en provenance de Chine avaient considérablement diminué depuis le début de l’épidémie de Covid-19 et même totalement cessé pour celles venant du Hubei, Duisbourg a accueilli le 14 avril un train en provenance de Wuhan. Le premier depuis des semaines pour le port rhénan, destination privilégiée des conteneurs acheminés par voie ferroviaire depuis la Chine.

Tout un symbole. Parti de Wuhan le 28 mars, quatre jours seulement après la levée de l’interdiction des expéditions depuis cette ville chinoise identifiée comme l’épicentre de l’épidémie, le premier train post-crise est parvenu au terminal Hutchison du port de Duisbourg le 14 avril, où il a été particulièrement bien accueilli. L’attendaient le ministre des Transports de Rhénanie du Nord-Westphalie et le consul général de Chine à Düsseldorf ainsi que d’autres officiels. 

Selon l’agence Chine nouvelle, 195 trains étaient partis de Wuhan pour l’Europe en 2019 et 213 ont fait le trajet dans l’autre sens. Celui qui vient de rallier le principal port intérieur d’Europe pour le transport de marchandises contenait des pièces automobiles, des produits électroniques et des fibres optiques de communication, ainsi que 166 t de fournitures médicales.

« Nous sommes convaincus que les choses reviendront progressivement à la normale. La reprise du transport ferroviaire international à partir du Hubei est un élément important de ce processus et une option fiable pour l'industrie et le commerce. Nous comptons sur notre forte connexion avec Duisport en tant que hub logistique majeur en Europe centrale », a déclaré Feng Haiyang, consul général de Chine à Düsseldorf.

40 trains par semaine entre Duisbourg et la Chine

Hendrik Wüst, le ministre des Transports allemand, voit dans la reprise de ce trafic un début de retour à la normale. La Rhénanie du Nord-Westphalie est l’un des länder les plus densément peuplés, mais aussi les plus touchés par le virus. La mise sous cocon des activités logistiques est une source d’inquiétude pour la bonne circulation des conteneurs dans l’hinterland du range nord-européen.

« Dès la seconde quinzaine d'avril, nous prévoyons une augmentation sensible des volumes de marchandises, auxquels notre groupe répondra avec des capacités accrues sur ses terminaux et des solutions de stockage à court terme », indique Erich Staake, directeur général de Duisport, organisme qui gère le port éponyme. Le dirigeant rappelle notamment que Duisbourg est lié à Wuhan depuis 1982, soit bien avant la mise en place de liaisons ferroviaires directes et la stratégie chinoise des nouvelles routes de la soie : « Chaque semaine, environ 40 trains circulent entre Duisbourg et diverses destinations en Chine. Ce volume a été considérablement réduit lors de la crise sanitaire en Chine. La moitié du trafic maritime s'est arrêté temporairement. Mais depuis que le verrouillage a été levé, l'économie chinoise a rapidement redémarré », assure-t-il. 

Étienne Berrier

Sur le même sujet