Le troisième trimestre a permis au plus grand port européen de rattraper une petite partie de son retard sur l’an dernier. Aux termes des neuf premiers mois, le néerlandais reste néanmoins nettement en-deçà de son résultat comparé à la période correspondante de 2019. À l’exception des conteneurs qui s’en rapprochent de plus en plus. Rotterdam plaide en faveur d’une reprise par l’investissement public. Au programme, hydrogène et captage de CO2.
Pour poursuivre la lecture de ce contenu, abonnez-vous dès maintenant

Logo Journal Marine Marchande

Je m'abonne

Déjà abonné ? Identifiez-vous