©ECSA

 

En réaction à la communication européenne autour du Green Deal, projet qui se veut central dans la nouvelle mandature conduite par la Néerlandaise Ursula von der Leyen, une quinzaine d’associations européennes des secteurs portuaire, maritime, fluvial, ferroviaire et combiné, adressent leur vision d’un pacte vert.

Elles représentent les prestataires de services logistiques, les autorités portuaires, les chargeurs, les voies navigables intérieures, les opérateurs de transport combiné et ferroviaire, les exploitants de terminaux, les chantiers navals européens*... Les associations européennes du secteur saluent les objectifs « très ambitieux » de l'UE de réduire ses émissions d'au moins 50 % d'ici 2030 et de transformer son économie pour qu'elle devienne neutre en carbone d'ici 2050. Elles estiment que le « Green Deal », annoncé par la nouvelle mandature européenne, peut constituer une opportunité s'il est un levier pour renforcer « leur compétitivité ». 

Elles font néanmoins valoir, dans une adresse commune, les conditions de son succès. Elles considèrent que le cadre réglementaire et les instruments financiers mobilisés seront déterminants et elles font de la sécurité juridique pour les investissements privés et d’une stimulation financière des « pionniers » des éléments clefs pour atteindre les réductions visées.

Visibilité de l’investissement privé

De façon attendue car elles ont eu l’occasion de l’exprimer à d’autres occasions, elles rappellent la nécessité d’une politique qui garantisse des conditions de concurrence équitables. En clair : elle gage sur la capacité (diplomatique) de l'UE à « convaincre d'autres gouvernements de fixer des objectifs climatiques audacieux ».

Les associations apprécieraient également qu’un calendrier de l'objectif de zéro émission nette soit fourni pour la visibilité de l'investissement privé dans la mesure où les mesures nécessiteront des efforts financiers et de R&D, que ce soit pour développer des carburants alternatifs aux énergies fossiles ou en amélioration de l'efficacité énergétique de l'ensemble du système de transport. 

« Compte tenu du large éventail de possibilités et de technologies explorées ainsi que de la diversité et de la complexité des modes de transport, il est important de mettre en place un cadre politique et réglementaire qui favorise l'innovation d'une manière technologiquement neutre, et qui aide à partager les connaissances ainsi que les risques financiers et opérationnels du développement et déploiement des nouvelles technologies. Les partenariats européens à cet égard sont et resteront essentiels », pose le texte commun.

Aménagements législatifs nécessaires

Elles attendent également que ce projet-phare du nouvel exécutif européen qu’il permette de « combiner de manière intelligente et efficace le rail, la route, le transport maritime à courte distance, les voies navigables intérieures et le transport aérien » et de favoriser la multimodalité dans une approche de bout en bout. Et ce, en tenant compte des forces et des limites inhérentes à chaque mode de transport. 

Elles souhaitent également qu’à la faveur « d’une stratégie de mobilité intelligente et durable » soient révisés plusieurs textes juridiques clés, tels que le règlement RTE-T, sur les corridors de fret ferroviaire, la directive sur le transport combiné ou encore l'eurovignette et que soient allégées les charges administratives et réglementaires qui entravent une utilisation efficace des modes de transport ou du moins qui influencent négativement le choix d'un par rapport à l’autre. La numérisation est, de ce point de vue, une partie de la solution, indiquent-elles.

A.D.


*CLECAT (European Association for Forwarding, Transport, Logistics and Customs Services), EBU (European, Barge Union), ECASBA (European Community Association of Ship Brokers and Agents), EFIP (European Federation of Inland Ports), EMPA (European Maritime Pilots’ Association), ESC (European Shippers’ Council), ERFA (European Rail Freight Association), ESPO (European Sea Ports Organization), ETA (European Tugowners’ Association),
EuDA (European Dredging Association), FEPORT (Federation of European Private Port Companies and Terminals), IWT (European Inland Waterway Transport Platform), SeaEurope (Shipyards’ and Maritime Equipment Association), UIP (International Union of Wagon Keepers), UIRR (International Union for Road-Rail Combined Transport).