La compagnie corse annonce un investissement global de 180 M€ au cours des deux prochaines années pour verdir sa flotte trentenaire. La compagnie maritime va acquérir des scrubbers, lancer la construction d’un navire au gaz et se connecter au courant de quai.

À la tête d’une flotte composée de sept navires (six en propriété dont un affrété) d’une moyenne d’âge de près de trente ans, Corsica Linea va investir 180 M€ pour répondre aux nouvelles exigences réglementaires de l’Organisation maritime internationale sur les émissions de soufre. 

« Nous sommes en négociation avec plusieurs chantiers européens pour la construction d’un navire au GNL. Nous avons terminé le bouclage financier sous forme de crédit-bail fiscal. Le navire qui représente un coût de 150 M€ sera livré d’ici deux à trois ans », a annoncé Pierre Antoine Villanova, directeur général de Corsica Linea. Un consortium bancaire financera à 80 % la construction de ce navire dont les caractéristiques sont tenues secrètes.

En effet, la compagnie délégataire du service public maritime de la Corse aux côtés de la Méridionale, a répondu seule à la consultation en cours de l’Office des transports de la Corse pour la DSP dite de raccordement qui débutera en octobre 2019 pour s’achever en décembre 2020.

25 M€

Autre investissement de taille imposé par les nouvelles règles de l’OMI, 25 M€ dans l’équipement de trois navires de la flotte actuelle en scrubbers à l’exception du Vizzavona déjà équipé et affrété. « Les Pascal Paoli, Jean Nicoli et Paglia Orba seront équipés au fur et à mesure des arrêts techniques qui s’échelonnent entre décembre 2019 et mars 2020. Nous avons choisi l’Italien Ecospray qui a équipé Grimaldi et MSC », complète Pierre Antoine Villanova. Afin de réduire la consommation de carburant, l’hélice du Jean Nicoli sera remplacée. Troisième levier en faveur de la réduction des émissions polluantes, le courant de quai. Le 9 mai dernier, Corsica Linea a signé un contrat de concession pour exploiter la potence de la Méridionale. « Nous avons investi 5 M€ dans l’électrification à quai de trois navires », complète-t-il. Reste à savoir comment le Méditerranée et le Danielle Casanova passeront le Global Sulphur Cap…

N.B.C

 

 

Sur le même sujet