©DR

 

C’est ce qui s’appelle une arrivée médiatique. L'information est relayée par toute la presse maritime. Søren Toft a vécu hier sa première journée à Genève en tant que patron du n° 2 mondial du transport maritime de conteneurs, un an après avoir quitté son poste de directeur de l'exploitation de Maersk, partenaire de MSC au sein de l’alliance maritime 2M.​

Ce n’est pas surprise. Le 11 novembre 2019, il y a donc plus d’un an, l’information avait été largement éventée avant qu’elle ne soit officiellement confirmée quelques jours plus tard par MSC. C’est à cette occasion que le numéro deux mondial avait annoncé des modifications dans sa gouvernance : Gianluigi Aponte, 79 ans alors, fondateur de MSC à Genève en 1970, actionnaire majoritaire et président du conseil d'administration, allait passer les rênes à son fils, Diego, lui-même dans l'entreprise familiale depuis 1997 et à la direction générale depuis 2014.

Søren Toft assure donc la relève à la tête de MSC de Diego Aponte, qui, lui, prend en main les destinées du groupe. « Avec ses 25 ans d'expérience dans des fonctions de direction chez Maersk, et sa connaissance approfondie du secteur des conteneurs, Søren est le candidat idéal pour porter loin notre entreprise familiale en s'appuyant sur la stratégie qui a fait le succès de MSC au cours des cinq dernières décennies ». C’est par ces mots que le président a accueilli sa nouvelle recrue.

L’ancien cadre dirigeant de Maersk – où il fut directeur de l'exploitation depuis 2013, puis membre du conseil d'administration –, supervisera les activités mondiales de transport maritime, logistique comprise (MedLog). Il sera également membre du conseil d'administration de Terminal Investment Ltd (TiL), l’opérateur de terminaux portuaires, détenue majoritairement par MSC.

Un moment stratégique

Søren Toft arrive au 12-14 chemin Rieu dans le quartier suisse de Champel à un moment intéressant de l’histoire du transport maritime de conteneurs, à l’heure où les stratégies s’aiguisent (notamment dans la logistique) et que des choix technologiques sont à opérer pour assurer le verdissement de la flotte. Il arrive aussi dans un groupe à la dynastie familiale où il ne sera sans doute pas évident de naviguer dans le sillage de deux personnalités de forte influence.

MSC (3,74 MEVP) opère une flotte de 579 navires dont 179 en propriété, détient 15,9 % de parts de marché mondiales par la capacité conteneurisée, derrière Maersk, leader mondial avec 4,2 MEVP et près de 18 % de PDM. Selon Alphaliner, MSC a acheté au cours des quatre derniers mois 16 navires totalisant 92 900 EVP pour une valeur de plus de 260 M$.

Adeline Descamps