©DR

 

L’armateur français CMA-CGM s’ancre un peu plus sur le continent africain via sa filiale logistique. Ceva Logistics vient de conclure un accord pour prendre une participation majoritaire dans une société bien implantée en Afrique orientale et australe et lance un plan d'expansion en trois volets pour devenir « un acteur majeur du marché à l'échelle du continent ».

À l’heure où la plupart des entreprises témoignent de leurs difficultés à penser l’avenir de leur activité compte tenu des nombreuses inconnues, Ceva place ses certitudes sur le continent africain. Le commissionnaire, récemment acquis par l’armateur français CMA CGM, annonce « un plan d’expansion en trois volets » grâce auquel il va ancrer « plus significativement » sa présence sur le continent africain.

L’entreprise vient de prendre une participation majoritaire dans un prestataire logistique tiers, AMI Worldwide, présent dans douze pays d’Afrique orientale et australe. Avec cette acquisition, le logisticien étend ses capacités en Afrique, passant d’une vingtaine à une quarantaine de pays desservis, avec 19 entrepôts offrant une capacité de stockage de 135 000 m2 et une flotte de 1 500 camions. Ceva vise les « marchés en croissance du détail » et table sur un chiffre d’affaires de 100 M€ en Afrique, selon une information communiqué à RFI. À compter du 1er juillet, le réseau de bureaux d’AMI Worldwide et ses quelque 1 000 employés rejoindront le réseau mondial de Ceva.

  « Les entreprises du continent africain bénéficient de perspectives de croissance importantes et les solutions logistiques sont essentielles pour concrétiser ces opportunités, en assurant le bon fonctionnement des chaînes d'approvisionnement et le bon déroulement des flux commerciaux », a commenté Mathieu Friedberg, PDG de Ceva Logistics, cité dans un communiqué. 

Création d’une joint-venture en Ethiopie

Le plan de l’entreprise prévoit également l'intégration des trois installations intermodales CMA CGM Inland Services (CCIS) basées au Mali, au Burkina Faso et en Côte d'Ivoire. « Ces sites offrent des services d'expédition de fret en plus de leur gamme de solutions terrestres liées à la gestion des flottes de conteneurs et des services de fret maritime à valeur ajoutée tels que les services de gestion des reefers, l'empotage et le dépotage des conteneurs, les fonctions de port sec et de dépôt de conteneurs », explique la direction de l’entreprise. Ceva se développe également en Mauritanie, où une présence directe a été établie, et en Éthiopie, via la création d’une joint-venture avec la MACFAA, qui sera intégrée à son réseau « une fois que toutes les autorisations réglementaires auront été obtenues ».

Pour acquérir le groupe logistique suisse en difficulté (un perte de 161 M$ en 2019), CMA CGM avait déboursé 1,7 Md$. Pour financer son investissement, le n° 4 mondial du transport maritime de conteneurs a été contraint de se délester d’une partie de son portefeuille de terminaux qu’il détenait avec China Merchants Ports dans leur coentreprise Terminal Link et de procédé à des ventes de quelques actifs dont des navires.

Indépendamment de l’environnement dégradé, la situation financière du transporteur reste extrêmement fragile. Il pourrait être contraint à envisager la cession d’autres actifs. Mais jusqu’à présent, CMA CGM a toujours soutenu que « céder une participation minoritaire dans Ceva » ne faisait pas partie de ses plans mais que « la réalisation du plan stratégique du groupe n'est pas subordonnée au maintien d'une participation à 100 % »...

Adeline Descamps

Bruit

Ceva Logistics a recruté l'ancien responsable du fret maritime de Panalpina Logistics, Peder Winther, pour diriger ses activités européennes de Ceva Logistics. Panalpina a été racheté par DSV en 2019.