Numérisation, standardisation, interopérabilité, normalisation. Ce sont les finalités poursuivies par l'association en cours de création par cinq grands transporteurs de la ligne régulière.

Maersk Line, CMA CGM, Ocean Network Express (ONE), Hapag-Lloyd et MSC se sont associés pour ouvrir la voie à la numérisation, à la standardisation et à l'interopérabilité dans l'industrie du transport maritime de conteneurs. Charge à leurs responsables informatiques respectifs d’échanger en vue de créer des normes informatiques communes, qui seront accessibles gratuitement à toutes les parties prenantes du segment du transport maritime de conteneurs. Une association sans but lucratif sera créée à cet effet et devrait être opérationnelle à partir du début de 2019 sous réserve sous réserve de l’aval des organismes de réglementation. Á cette heure, l'intention n’est pas de développer ou d'exploiter une plate-forme numérique. Les questions commerciales et opérationnelles ne seront pas abordées. L'association se dit ouverte à de nouveaux membres

Cette initiative a été annoncée après qu'une enquête auprès de plus de 200 cadres supérieurs menée par INTTRA - fondée en 2001 par CMA-CGM, Hamburg Sud, Hapag-Lloyd, Maersk Line, MSC et UASC pour créer un système de réservation électronique standard pour le fret maritime (un quart des réservations mondiales de conteneurs, 30 000 expéditeurs, plus de 60 transporteurs et NVOC) – a révélé que 91 % d'entre eux considéraient comme essentielle la création de normes convenues entre transporteurs.

Dans les domaines où les normes et les protocoles sont les plus nécessaires, l'échange de données informatisé et l'interface de programmation d'applications ont obtenu 26 % des voix. En outre, 16 % ont opté pour les normes de connaissement électronique, 14 % pour la communication en temps réel de l'état des conteneurs, 10 % pour l’Internet des objets (IoT) et 8 % pour la blockchain.

Fluidité technologique

Selon l’éditeur américain de logiciels, l'incapacité de partager les données et d'interagir tout au long de la chaîne d'approvisionnement - entre les transporteurs, les ports, les transitaires et les chargeurs - est à l'origine de nombreux problèmes pour le transport maritime de conteneurs.

En l'absence de normes, l'industrie éprouve actuellement des difficultés pour assurer le suivi sur la visibilité des conteneurs, l'obtention d'espace sur les navires, la surcapacité des voies commerciales, les réservations fantômes, etc., explique INTTRA. « Un réseau basé sur le partage de données permettra à l'industrie du transport maritime de conteneurs de passer à l'étape suivante de la numérisation, à savoir prédire et anticiper les changements et détecter et réagir automatiquement aux événements imprévus ».

INTTRA, qui préconise l'adoption de normes par l'industrie pour les conteneurs et la logistique, est à l’origine d'une initiative non commerciale visant à élaborer des normes et des protocoles de partage de données afin d'améliorer la libre circulation de l'information entre les acteurs de la chaîne.

--- A.D. ---