Désavouée sur sa précédente proposition qui consistait à prélever une contribution sur la tonne de combustible de soute ou de CO2 pour financer le développement de carburants de rupture, la Chambre internationale de la marine marchande (ICS) a soumis à l’OMI une nouvelle version qui repose sur un système de « financement et de récompense ».
Cet article est réservé aux abonnés. Le contenu de ce site est le fruit du travail de la rédaction pour délivrer une information de qualité et exclusive. Cette mobilisation a un coût et est financée par le revenu généré par la publicité et l'abonnement. En vous abonnant, vous contribuez à cette chaîne de valeur et assurer la pérennité de notre média. Découvrez nos offres.

Logo Journal Marine Marchande

Je m'abonne

Déjà abonné ? Identifiez-vous

Sur le même sujet