La compagnie danoise a bénéficié de revenus plus élevés dans tous les segments de son activité sauf le transmanche. Le chiffre d’affaires a progressé de 64 % au troisième trimestre et son excédent brut d'exploitation de 88 %. DFDS revoit à la hausse ses perspectives financières pour l’ensemble de l’année.

Portées par un bon troisième trimestre, DFDS revoit à la hausse ses perspectives, tablant désormais sur un chiffre d’affaires en hausse de 45 % sur l’ensemble de l’année par rapport à 2021 et non plus 40 %. La compagnie de ferries et ro-pax danois explique cet ajustement par « une haute saison plus forte que prévue pour les passagers au troisième trimestre et des revenus stables pour le fret, tant pour les ferries que pour la logistique. »

Les projections sont également révisées pour ce qui est de son Ebitda (excédent brut d'exploitation), qu’il estime désormais entre 4,8 et 5 milliards de couronnes danoises (645 à 672 M€) au lieu de 4,4 à 4,8 milliards de couronnes (592 à 645 M€).

Au troisième trimestre, le chiffre d’affaires de DFDS a atteint 970 M€ soit une hausse de 64 % par rapport à 2021. Le résultat d'exploitation avant intérêts, impôts et amortissement (215 M€) et le bénéfice d'exploitation avant charge (Ebit, 160 M€) progressent respectivement de 88 % et 191 %.

Demande de transport résiliente

La compagnie danoise souligne que cette croissance de son bénéfice s’explique par « des revenus plus élevés dans toutes les unités commerciales, hormis le transmanche. La hausse du prix du pétrole a été couverte par des clauses contractuelle de répercussion de ces hausses pour les services ferries. » DFDS remarque que la demande de transport est restée forte en Europe au troisième trimestre, mais s’attend à ce qu’elle décline au quatrième sous l’effet de l’inflation.

Le groupe est toujours dans l’attente de l’avis de l’autorité turque de la concurrence, concernant l’offre déposée le 14 octobre dernier pour la reprise de l’activité transport routier du logisticien turc Ekol, important client du transporteur maritime danois en Méditerranée pour lequel des lignes ro-ro ont été mises en place, notamment à destination de Trieste et de Sète.

Étienne Berrier