©Ideol BYTP ECN V. Joncheray

Le projet pilote d’installation de trois éoliennes flottantes au large de Port-la-Nouvelle, mené par Qair, a sélectionné Bourbon Subsea Services pour la fourniture du hub électrique flottant ainsi que pour l’installation des câbles électriques et des systèmes d’ancrage.

Les deux premiers parcs d’éoliennes flottantes au large des côtes méditerranéennes françaises, lancés en mars dernier par le gouvernement, doivent être mis en service en 2029 ou 2030. Ils seront précédés par l’installation de trois éoliennes flottantes au large de Port-la-Nouvelle, dont la mise en service est prévue à la mi-2024. Ce projet pilote est porté par le producteur indépendant d’énergies renouvelables Qair, avec la participation de Total ainsi que du spécialiste français de l’éolien flottant BW Ideol, société basée à La Ciotat qui a conçu l’éolienne Floatgen testée au large de Saint-Nazaire depuis 2018.

Alors qu’Eolmed a annoncé le 9 mai avoir bouclé le financement nécessaire à l’installation de ces trois éoliennes pilotes, Bourbon Subsea Services a annoncé, le 17 mai, qu’il a été retenu pour la conception, la fourniture et la fabrication du hub éolien flottant. La compagnie maritime, spécialiste des services offshore, est aussi chargée des câbles électriques d’interconnexion et des systèmes d’ancrage sous-marin.

Le groupe français conduit depuis quelques années une diversification stratégique vers la fourniture de services maritimes offshore. Le groupe indique avoir installé depuis 2011 « la plupart des prototypes d’éoliennes flottantes au Portugal, en France, en Écosse et en Norvège » ainsi que « le premier parc éolien flottant pré-industriel européen [Windfloat Atlantic, NDLR], achevé en 2020 au large du Portugal. »

Étienne Berrier

Quatre États membres européens s'engagent à décupler leur éolien en mer du Nord d'ici 2050

L'Allemagne, le Danemark, les Pays-Bas et la Belgique ont annoncé le 18 mai vouloir installer pour près de 150 gigawatts (GW) d'éoliennes en mer du Nord d'ici 2050 dans la perspective de se passer d'hydrocarbures russes. À eux seuls, les quatre pays représenteraient la moitié de l'objectif que s'est fixé l'UE pour l'éolien en mer d'ici 2050. Une puissance de 150 GW dans l'éolien marin permettrait de fournir l'électricité nécessaire à 230 millions de foyers, selon les quatre pays signataires.

Avec les éoliennes offshore les plus puissantes actuellement sur le marché, une puissance de 150 GW correspond à environ 15 000 à 20 000 turbines. L'annonce intervient conjointement avec un plan de 210 Md€ présenté par la Commission européenne qui prévoit une accélération des énergies renouvelables dont la part dans le mix énergétique passerait de 40 à 45 % d’ici 2030.

Pour rappel, Bruxelles a annoncé la fin des importations de charbon russe à partir d'août prochain et un embargo progressif sur le pétrole d’ici la fin de l'année est en cours de discussion parmi les Etats membres, qui peinent à s’entendre à ce sujet alors qu’ils faisaient bloc jusqu’à présent sur la plupart des sanctions imposées à la Russie. La Commission a en outre affirmé en mars vouloir réduire des deux tiers ses achats de gaz russe dès cette année et en totalité avant 2030.

La rédaction