Vent debout et front commun. La place marseillaise, les milieux politiques et économiques compris, revendique auprès de l’État français une unité de traitement sur les dossiers maritimes. Au-delà des visites présidentielles et des paroles ministérielles, ils attendent aussi de l’État qu’il défende le pavillon tricolore à Bruxelles. La Commission européenne a diligenté il y a plus d’un an une enquête sur la délégation de service public maritime vers la Corse.
Cet article est réservé aux abonnés. Le contenu de ce site est le fruit du travail de la rédaction pour délivrer une information de qualité et exclusive. Cette mobilisation a un coût et est financée par le revenu généré par la publicité et l'abonnement. En vous abonnant, vous contribuez à cette chaîne de valeur et assurer la pérennité de notre média. Découvrez nos offres.

Logo Journal Marine Marchande

Je m'abonne

Déjà abonné ? Identifiez-vous