À l’occasion de la présentation de résultats financiers provisoires, l’armateur allemand et n°5 mondial du transport maritime conteneurisé s'est montré confiant, revigoré par un Ebitda et un résultat d'exploitation supérieurs à ceux de 2017.

Sur la base de résultats financiers non encore audités, Hapag Lloyd a présenté un compte d'exploitation amélioré en 2018. Le bénéfice avant intérêts, impôts, dépréciation et amortissement (Ebitda) de l'armateur allemand a atteint 1,138 Md€, en hausse de 12 % (1,055 Md€ en 2017). Son résultat d'exploitation avant intérêts et impôts (Ebit, chiffre d'affaires, après déduction des différentes charges d'exploitation), qui donne une idée de la ressource dégagée par  l'activité commerciale, s’est élevé à 443 M€ (+ 7,8 %). Les deux indicateurs sont finalement conformes aux prévisions les plus optimistes que Hapag-Lloyd avait présentées fin juin 2018.

Au cours de l'exercice 2018, le chiffre d'affaires a augmenté de 15 % à 11,5 Md€, tiré par l'acquisition de la compagnie du Golfe UASC (effective en mai 2017) et la croissance de 21 % des volumes transportés qui en a résulté, pour atteindre 11,9 MEVP (9,8 MEVP en 2017).

Amélioration des taux de fret

Le transporteur de conteneurs estime avoir bénéficié d’une amélioration progressive des taux de fret tout au long de l’année 2018, plus significative à partir au 4e trimestre, à 1 079 $/EVP, alors qu’il a affiché une moyenne de 1 044 $/EVP sur l’année, inférieur de quelque 20 $ à son niveau de 2017 (1 060 $/EVP). Hapag Lloyd a cependant encaissé une « hausse significative » de son coût de soute, de 318 à 421 dollars la tonne, responsable d’une augmentation de ses dépenses opérationnelles (17,5 %), qui ont atteint 9,4 Md€.

La compagnie, dirigée par Rolf Habben Jansen, s'attend à ce que les volumes mondiaux de conteneurs augmentent de 4,7 % en 2019 et de 4,9 % en 2020, alors que Maersk prévoit une croissance plus prudente de 1 à 3 %. Hapag-Lloyd publiera ses résultats financiers consolidés définitifs le 22 mars.

Avec 1,67 MEVP de capacités conteneurisées, la société de Hambourg détient 7,3 % de parts de marché mondiales. Elle exploite une flotte de 236 porte-conteneurs et fait partie des rares armements de porte-conteneurs à n’avoir aucun navire en commande.

Adeline Descamps 

 

Hapag Lloyd ou comment garder le droit de jouer