La flotte de porte-conteneurs sans-emploi a enregistré une forte hausse au début du mois d'octobre, subissant l’impact de la semaine de jours fériés en Chine. Mais, événement conjoncturel excepté, le bataillon de navires placés au chômage s’étoffe, mois après mois, depuis août.

Depuis deux ans, la Golden Week chinoise ne s’était plus vraiment passée comme les précédentes années, où le temps mort était alors particulièrement marqué. Si la baisse d’activité a bien été observée durant cette semaine de vacances en Chine, un temps où le « made in china » se ralentit considérablement, la part de navires inactifs était moindre du fait des phénomènes de congestion et d’une demande qui ne s’était pas pour autant assagie. Le ralentissement était ainsi conditionné par défaut des usines chinoises et non par une demande en berne. 

Cette année, nouveau signe d’un retour à une certaine normalité : la baisse d’activité a été particulièrement prégnante. « La combinaison des vacances chinoises et de l'augmentation progressive du nombre de navires inactifs, notable depuis février, a poussé le tonnage inoccupé en pourcentage de la flotte globale à son plus haut niveau depuis deux ans », indique Alphaliner dans sa dernière note hebdomadaire. 

Au 10 octobre, la flotte mondiale de navires sans-emploi atteignait 4,1 % de la flotte totale de porte-conteneurs, soit 275 navires représentant 1,06 MEVP, contre 249 et moins de 1 MEVP deux semaines auparavant (3,7 % de la capacité totale). Les navires en cale sèche pour réparation et entretien ont diminué de sept unités et de 22 495 EVP ces quinze derniers jours pour s’établir à 170 totalisant 663 462 EVP. ​

Une flotte inactive en croissance de 9 % en quinze jours

Le pourcentage de porte-conteneurs rendus inopérants est passé de 28 à 37 % de la flotte inactive totale en quinze jours, début octobre, après une forte augmentation des retraits. Les navires inactifs, détenus en propre par les transporteurs, a augmenté de 25 unités pour s’élever à 76, soit 322 394 EVP retirés du marché. Dans le même temps, les navires rendus hors service par les propriétaires non-exploitants ont augmenté de huit unités pour en totaliser une trentaine et 72 846 EVP.

La part de la flotte « au chômage » demeure néanmoins historiquement très faible, rappelle le consultant. Mais depuis août, elle gonfle inexorablement, mois après mois. Les données ne disent pas encore si la capacité a été réintroduite depuis la retour des vacances des forces de travail chinoises.

A.D.