©DR

Wan Hai, le dixième transporteur mondial de conteneurs, est engagé dans une course à la capacité. Et il n’est absolument pas le seul. C’est même une tendance générale au sein des dix premiers mondiaux pour se saisir d’une demande qui s’affole. Dans cette recomposition des capacités, les lignes de partage se resserrent.

Le coronavirus pourrait bien rebattre les cartes au sein des dix premiers transporteurs mondiaux. La dynamique actuelle du marché redonne confiance aux compagnies qui, à de très rares exceptions (Maersk et ONE), se lancent toutes dans des programmes d’investissements conséquents pour charpenter leur flotte. Elles gagent manifestement sur un effet durable de la demande de transport, pour l’heure plutôt artificiellement gonflée par les retards accumulés dus à la crise sanitaire et par une demande de consommation dont le centre de gravité s’est déporté sur les biens de consommation faute de loisirs et de services.

Du côté de la troisième taïwanaise du Top 10, la plus petite des trois compagnies mais la plus rentable, la commande d’EVP fait figure d’acte compulsif depuis quelques mois. Le transporteur, qui attend 46 nouveaux navires (261 558 EVP supplémentaires) soit plus de 60 % de sa flotte en exploitation, contracte à nouveau pour douze porte-conteneurs de 3 055 EVP. Ils seront construits par le chantier japonais JMU (groupe Nihon Shipyard). Ce chantier avait déjà été sélectionné pour douze unités similaires en janvier, que le transporteur doit recevoir à partir de 2022.

Conteneur : nouveaux rapports de force dans le Top 5

13 000 panamax de 13 000 EVP

La valeur des nouveaux contrats de construction est estimée à 585 M$ moyennant un prix unitaire de 48,75 M$. Les premières unités sont attendues fin juillet 2023 et les livraisons s'étaleront jusqu'en 2024. In fine, dans le carnet de commandes du transporteur figurent cinq porte-conteneurs de 13 200 EVP, confiés en mars à Hyundai Heavy Industries, puis en mai, à nouveau quatre autres navires de 13 100 EVP (DSME).

Au total, alors qu’elle ne connaissait pas ce segment, Wan Hai disposera de treize néo-panamax de 13 000 EVP : les neufs commandés et les quatre autres acquis auprès de l'armateur grec Marinakis. Construits par Samsung Heavy Industries, ils entreront en service en 2022 et 2023. Avec une capacité de 418 454 EVP (148 navires) et plus de 260 000 EVP en commande, Wan Hai, passée du onzième au dixième rang mondial, s’approche grandement de sa compatriote Yang Ming (622 000 EVP) mais distance largement l’israélienne ZIM (407 748 EVP). 

La consécration, HMM franchit le million d’EVP

Les lignes bougent

Au sein du cercle des dix premiers transporteurs mondiaux de conteneurs, les lignes sont mouvantes et les écarts se resserrent. HMM vient de franchir le cap du million d’EVP en capacités offertes sur le marché. Il sort de la crise sanitaire avec une position renforcée. Ses navires sont historiquement exploités sur les routes les plus lucratives alors que les taux de fret enregistrent des niveaux sans précédent dans l’histoire du transport maritime. Ses capacités sont largement commercialisées sur le marché spot, où le moindre conteneur coûte une fortune. Et surtout, chanceux, il a reçu les livraisons de ses navires commandés deux ans plus tôt au moment opportun.

L’introduction, entre avril et septembrede sa série de porte-conteneurs de 24 000 EVP pour le compte de THE Alliance (Hapag-Lloyd, ONE, Yang Ming), est en effet tombée à pic pour répondre en puissance au boom de la demande de transport. Cette force d’appoint, conjuguée à son intégration au sein d’une des trois principales alliances, l’ont installé dans un statut de grand opérateur est-ouest. 

La flotte de MSC passe la barre des 4 MEVP

Acheteurs de tonnages, chanceux en livraisons, dynamiques en affrètement

Alors que les compagnies peinent à répondre aux heureux appels du marché, ils sont à la peine, faute de navires et de conteneurs en volume et ce, d’autant plus que les ports congestionnés ne parviennent pas à restituer les boîtes rapidement. Le chargement et déchargement déraille. Une course aux tonnages s’est engagée pour profiter de la manne, tant du côté des exploitants que des propriétaires de flotte non-opérateurs. Les options des transporteurs pour mettre la main sur du tonnage supplémentaire à court terme afin de répondre à la demande actuelle se limitent au marché de l'affrètement et de l'occasion (cf. plus bas). 

Les tarifs d’affrètement se sont inévitablement envolés du fait du resserrement de l’offre : des taux supérieurs à 100 000 $/jour ne font plus figure d’exception. 

Rapports de force en gestation

MSC (49 navires acquis depuis août) et Wan Hai s’avèrent être des acheteurs compulsifs sur le second marché, confirme Alphaliner. Zim s’affirme très actif dans l’affrètement. HMM et Evergreen restent les plus heureux en livraisons. 

Le transporteur genevois et numéro deux mondial de la ligne régulière, a dépassé le cap des 4 MEVP. Avec 106 000 EVP d’écart, Maersk et MSC, partenaires au sein de l’alliance 2M, se disputent le leadership sur le trafic est-ouest en termes de capacités conteneurisées offertes. Le premier détient 16,9 % du marché mondial, talonné par le second avec 16,4 %. Au vu du famélique carnet de commandes du leader danois (46 000 EVP), l’inversion des places est imminente.

Le début d’année avait déjà assisté au « déboulonnage » en règle de Cosco par CMA CGM, les deux s’étant échangés la troisième et quatrième place mondiale. L’écart est celui d’une feuille de papier à cigarette (24 169 EVP) mais en considérant leur carnet de commande, il se creuse de plus de 230 000 EVP à l’avantage de l’armateur français.

Evergreen et MSC rivalisent par ailleurs en termes de commandes. La taïwanaise a actuellement plus de 710 000 EVP en contrats répartis sur 71 navires, soit 52,3 % de sa flotte en exploitation, tandis que MSC attend 876 000 EVP et 48 navires. Il faut espérer que la divine période ne soit pas que conjoncturelle.

Adeline Descamps

Des transations en hausse de 103,7 % au premier semestre 2021

Selon Peter Sand, le spécialiste des transports maritimes au sein de l’assocation professionnelle Bimco, les transactions de porte-conteneurs d'occasion ont bondi de 103,7 % au premier semestre, au cours duquel 277 porte-conteneurs ont changé de mains. Au total, 922 203 EVP ont été échangés. Les feeders (2 100 - 2 999 EVP) sont de loin les plus plébiscités (167 unités, + 165,1 % par rapport au premier semestre de 2020) devant les post-Panamax (5 000 - 9 999 EVP), dont 54 ont été achetés et vendus au cours des six premiers mois de l’année pour un total de 289 636 EVP. 

Étrangement, les plus grands navires ont été les moins populaires sur le marché de l'occasion, seuls cinq de plus de 10 000 EVP ont fait l’objet d’une transaction.

Parmi les feeders, dont les prix ont été divulgués, le prix moyen payé en juin était de 17,6 M€ versus 4 M$ pour les transactions conclues en juin 2020 (source : VesselsValue).