Que ce soit en Chine, en Corée du Sud ou au Japon, plusieurs grands chantiers navals planchent sur le développement de navires propulsés à l’ammoniac, qu’ils espèrent mettre à l’eau à l’horizon 2024-2025. Des projets suffisamment avancés et sérieux pour que des organismes de classification aussi renommés que ABS et Lloyd Register leur accordent des Accords de principe.
Pour poursuivre la lecture de ce contenu, abonnez-vous dès maintenant

Logo Journal Marine Marchande

Je m'abonne

Déjà abonné ? Identifiez-vous