©Costco

Costco Wholesales vient se greffer à la liste des grands importateurs américains qui s’aventurent dans l’affrètement de navires par crainte de la rupture de stocks. Discret sur les conditions d’affrètement, le distributeur, qui exploite 800 magasins sur le continent nord-américain, est moins économe sur ce que lui coûtent les perturbations actuelles dans les ports et en mer.

Le distributeur américain, qui revendique la troisième place mondiale, a annoncé qu’il allait assurer son transport par ses propres moyens. Le groupe indique avoir affrété trois porte-conteneurs (d’une capacité de 800 à 1 000 EVP) et loué des « milliers de conteneurs » pour transporter environ 20 % de ses importations asiatiques au cours des douze prochains mois. Soit environ « dix rotations » en 2022. La capacité des navires paraît extrêmement faible par rapport aux volumes d'importation du groupe, qui exploite plus de 800 magasins principalement aux États-Unis et au Canada.

Costco s’inscrit dans la même logique que le distributeur d’articles de maison Home Depot, le géant de la grande distribution Walmart, ou encore de l’enseigne suédoise d’ameublement Ikea qui ont entrepris des démarches similaires pour éviter une rupture de stock à des moments clefs pour leur activité. Pas davantage que pour les autres, les maîtres d’œuvre de ces solutions jusqu’au-boutistes ne donnent de détails sur les conditions d’affrètement, la durée, les navires...

Tensions inflationnistes

L’entreprise en a fait l’annonce à l’occasion d’une conférence téléphonique avec ses actionnaires portant sur ses résultats trimestriels. Elle évoque les pressions exercées sur la chaîne d'approvisionnement et l’impact sur ses activités, notamment des délais de livraison qui peuvent avoir doublé selon les destinations (par exemple, de 16 à 18 semaines pour les meubles contre 8 à 12 semaines auparavant). Elle a en outre fait état de problématiques persistantes concernent les pénuries de matières premières et composants électroniques qui entrent dans la fabrication de nombre de produits vendus dans ses rayons : ordinateurs, tablettes, jeux vidéo et autres gros appareils électroménagers.

Comme d’autres qui l’ont précédé dans cette stratégie, le distributeur fait valoir les mêmes mesures prises pour pallier des ruptures de stock, notamment l’anticipation dans les commandes, la diversification de son panel de fournisseurs, la répercussion de l'augmentation des coûts de transport sur les clients voire des restrictions sur l’offre en magasin concernant des articles clés d’hygiène et de première nécessité.

Costco a provisionné une charge financière sur les stocks pour compenser la pression inflationniste induite, selon le directeur financier de l’entreprise, par l’ensemble des perturbations : hausse du coût des intrants, des taux de fret, retards d’expédition, taux de change, tensions sur certaines matières premières (pâte à papier, plastique, aluminium, boîtes de conserve) … qui surenchérissent les coûts de ses importations. Au final, le distributeur estime payer entre 3,5 et 4,5 % de plus les produits vendus dans ses magasins.

159 000 EVP importés en 2020

Plus de 60 porte-conteneurs sont actuellement en attente au large des ports de Los Angeles et de Long Beach. La fiabilité des horaires sur le trade transpacifique dans le sens Asie-côte ouest américaine est tombée à un point historiquement bas (33,6 % ) en août, d’après le dernier relevé de Sea-Intelligence.

En 2020, les importations maritimes de Costco ont totalisé 159 000 EVP. Jusqu'à présent, il aurait déjà importé 158 000 EVP (données ImportGenius).

Adeline Descamps