©DR

 

Une convention a été signée le 18 novembre entre Enedis, gestionnaire du réseau public de distribution d’électricité, et le port héraultais, en vue de déployer d’ici à 2023 le branchement électrique à quai des navires. Objectif fixé avec la région Occitanie, propriétaire du port de Sète : augmenter la puissance installer de 15 MW.

La convention, qui vient d’être conclue entre Enedis, gestionnaire du réseau public de distribution d’électricité, et le port d’Occitanie, porte sur les études à mener et le lancement des travaux. « Le branchement des navires à quai permettra de diviser par cinq les émissions de polluants et gaz à effet de serre », rappelle Jean-Claude Gayssot, président du port. L’investissement global de cette opération est en cours de définition. À ce jour, l’équipement du bassin Orsetti est déjà connecté. L’électrification des quais va se déployer le long du quai d’Alger (yachts), du môle Masselin (ferry et croisières) et du quai H pour les rouliers et la grande croisière. Enedis prévoit une dizaine de mégawatts (MW) sur le quai H, qui accueille les très grands navires à Sète (bateaux de croisière notamment). Sur le quai d’Alger, la puissance installée passera de 2,8 MW aujourd’hui à 4 MW.

2,5 MW pour les ro-ro

En outre, « les 22 bornes d’alimentation du quai Licciardi (centre-ville) vont être modernisées », précise Philippe Malagola, directeur d’Enedis Hérault. 2,5 MW seront dédiés aux navires rouliers. L’électricité sera amenée de deux postes sources, situés à côté de la gare de Sète. Avec ce dispositif, « nous projetons de raccorder à court terme les navires passagers et les rouliers, qui constituent les escales régulières les plus nombreuses aujourd’hui, indique Olivier Carmès, directeur du port. L’objectif est d’atteindre 30 % d’escales sans émission, évitant ainsi 10 000 t de CO2 par an. » Et, bien sûr, de rendre le port attractif auprès des armateurs.

Le port de Sète accompagne d’ailleurs la recherche de financements pour aider des armateurs à adapter leurs navires au branchement à quai dans des délais raisonnables. Autre action à venir, la fourniture d’énergie électrique à partir de la technologie de l’hydrogène vert. Ce projet « Green Harbour » a été récompensé par les Assises du Port du Futur pour la conception d’une barge fournissant de l’électricité d’origine renouvelable.

Hubert Vialatte