Grandi Navi Veloci a programmé la relance des départs vers le Maroc, avec deux navires, mais l’évolution rapide sur le front sanitaire rend la situation incertaine ©DR

Alors que le Maroc a fermé ses frontières aux ports espagnols jusqu'à nouvel ordre, Sète se trouve en bonne voie pour récupérer la clientèle ibérique. Deux départs sont programmés par GNV, les 15 et 20 juillet, vers Nador et Tanger. Mais la situation reste confuse au Maroc, où Tanger vient d'être reconfiné. 

Le port de Sète va-t-il tirer profit du Covid 19 pour les liaisons maritimes avec le Maroc ? Le Maroc fermant toujours ses frontières aux ports espagnols, c’est toute la clientèle ibérique (Marocains résidant en Espagne, mais aussi des Français) qui est susceptible de venir gonfler le trafic du port héraultais. Grandi Navi Veloci a programmé la relance des départs vers le Maroc, avec deux navires, l’un prévu le 15 juillet vers 21 h, à destination de Nador, avec 1 100 personnes à bord. Un autre doit relier Tanger le lundi 20 juillet, avec 1 250 personnes.

Nouvelles perturbations

Mais l’évolution rapide sur le front sanitaire rend la situation incertaine. « Depuis le 13 juillet, le port de Tanger est confiné. Pour l’heure, la liaison vers le port marocain est annulée. Nous informons nos clients en temps réel. Mais ce n’est pas très encourageant pour la suite », précise Philippe Sala, PDG d’Euromer, qui gère les réservations. Si le port de Nador reste ouvert, les voyageurs arrivant d’Europe « n’ont pas le droit de changer de région au Maroc, sauf à faire des tests, ce qui est très compliqué. Il n’y a qu’un seul laboratoire à Sète pour les tests PCR et sérologiques, et sa capacité est limitée à 150 analyses par jour. Sans test, le passager doit observer plusieurs jours de confinement à Nador. Cela devient mission impossible », s’inquiète-t-il. 

225 000 passagers ont transité par le port de Sète en 2019, le trafic étant stable pour les croisiéristes (115 000) et en légère baisse pour les ferries (130 000, au lieu de 140 000). Cette année, aucune croisière n’a touché Sète. Il faudra donc attendre les prochains jours pour savoir si les liaisons avec le Maroc pourront effectivement reprendre, en profitant de la manne espagnole. Celle vers Nador était hier a priori maintenue.

Hubert Vialatte
 

 

 

Sur le même sujet