Par l’intermédiaire de sa structure de capital-risque Maersk Growth, Maersk a acquis une participation minoritaire dans Prometheus Fuels. La start-up basée dans la Silicon Valley produit des électro-carburants à partir de CO2 capté. 

Les uns achètent des navires, les autres des entreprises. Maersk, qui a procédé depuis le début de l’année à plusieurs acquisitions dans le domaine de la la logistique et une dans les carburants alternatifs, investit cette fois dans une entreprise spécialisée dans les électro-carburants issus de CO2 capté dans l’air et produit à partir d'électricité et d'énergies renouvelables.

Le leader mondial dans le transport maritime de conteneurs entre au capital à titre minoritaire de l’américaine Prometheus Fuels par l'intermédiaire de sa division Corporate Venture et obtiendra un siège au conseil d'administration. Il ne communiquera pas sur la hauteur de la prise de participation.

« Prometheus Fuels développe une technologie très intéressante et innovante pour produire des électro-carburants à base de carbone à partir de la capture directe du CO2 dans l'air. Ces carburants sont appelés à jouer un rôle clé dans la décarbonation du transport maritime et, si la technologie est mise à l'échelle avec succès, elle permettra de résoudre une contrainte majeure pour les électro-carburants à base de carbone, à savoir la compétitivité des coûts du captage direct dans l'air », a justifié Morten Bo Christiansen, en charge du lourd dossier de la décarbonation chez A.P. Moller - Maersk.

Disponibilité infinie

Maersk s'attend à ce que les alcools synthétiques et autres électro-carburants jouent un rôle important dans la décarbonation du transport maritime, en raison de leurs « évolutivité à long terme » par rapport aux carburants d'origine biologique. Ils ont, selon le transporteur, le potentiel « d’une disponibilité infinie, quelle que soit la portée géographique. »

« Notre électro-carburant sans carbone net et sans soufre n'entre pas en concurrence avec la production alimentaire : il est produit et sa matière première est donc illimitée », complète Rob McGinnis, fondateur et PDG de Prometheus Fuels.

Maersk investit dans une start-up qui produit du e-méthanol

12 Mt de fuel consommés par an

La compagnie danoise, qui consomme environ 12 Mt de fuel par an, confirme ainsi son intérêt pour les carburants alternatifs qui pourraient profiter à sa flotte d'ici 2050, date à laquelle l’OMI assigne le secteur a être neutre en carbone. 

Maersk s'attend à ce que plusieurs carburants coexistent dans les années à venir et a identifié quatre voies potentielles de décarbonation, autres que celle du méthanol vert dans lequel elle vient d’investir : le biodiesel, les alcools, les alcools enrichis en lignine et l'ammoniac. 

En août, l’entreprise a en commandé huit navires qui seront propulsés au méthanol vert et livrés à partir du premier trimestre 2024. 

Début septembre, le leader mondial du transport maritime par conteneurs est devenu actionnaire de la start-up WasteFuel, qui produit des carburants verts, et notamment du bio-méthanol, à partir de déchets agricoles. Cette initiative s’inscrit dans sa volonté d’« aider le marché », avait-il déclaré.

Adeline Descamps