« L'OMI est une organisation technique qui devrait concentrer ses efforts et son temps limité sur la définition de mesures concrètes et obligatoires ». C’est en ces termes que la délégation française à l’OMI a justifié son attitude paradoxale aux premiers abords lors de la 77e session du Comité de protection du milieu marin MEPC77, qui se tient depuis le 22 novembre et jusqu’au 26 novembre. Favorable à la COP26 à une décarbonation avant l’heure fixée pour le transport maritime, la France a voté contre cette résolution à l’OMI.
Pour poursuivre la lecture de ce contenu, abonnez-vous dès maintenant

Logo Journal Marine Marchande

Je m'abonne

Déjà abonné ? Identifiez-vous