©Kees Torn

Propulsé au début de l'année au premier rang mondial du transport maritime de conteneurs devant Maersk, MSC a franchi un autre cap. Selon le courtier Braemar ACM, les dernières opérations sur le marché de seconde main portent à 200 le nombre de navires acquis en moins de deux ans.

Depuis août 2020, l’armateur italo-suisse s’est lancé dans une course à la capacité si bien qu’il a déboulonné en début d’année Maersk de son piédestal de premier armateur mondial de porte-conteneurs, poste de vigie qu’il occupait depuis 2004. Les dernières transactions enregistrées par l’ex-challenger MSC portent sur des navires de 6 000 à 8 500 EVP, dont la grande majorité fait déjà l’objet d’affrètement à long terme. 

Selon Braemar ACM, la plus notable porte sur la vente en bloc de cinq navires MC Seamax de 8 000 EVP : les Seamax New Haven et Seamax Bridgeport construits en 2005 ; le Seamax Fairfield (2006) ; et les Seamax Darien et Seamax Greenwich (2003 et 2004). Ils auraient été acquis au prix d'environ 60 M$, ce qui reflète les taux d’affrètement auxquels MSC a contracté les navires jusqu'en 2024 et 2025 (de 31 000 à 42 000 $ par jour), selon le courtier.

En outre, MSC s'est également révélé être l'acheteur du Felixstowe Bridge (2005) d'une capacité de 5 042 EVP, et du Sino Bridge (2004) d'une capacité de 4 800 EVP, propriété de Sinokor.

Déraison et raison

Depuis qu’il s’est lancé dans ce rallye, MSC n’a pas toujours été raisonnable. On lui a notamment prêté l’achat de deux porte-conteneurs de 5 000 EVP au prix spectaculaire de plus de 200 M$, un record pour des navires de cette taille et de leur âge. Mais MSC a aussi réalisé aussi de bonnes affaires dans la mesure où sa frénésie d’achat a démarré bien avant que la pénurie de navires ne saisisse le secteur et fasse monter leur valeur à des niveaux historiques. Une part importante des navires acquis a en outre remplacé une partie des unités affrétées (qui représentant encore plus de 60 % du total de sa flotte) alors que l’affrètement devenait aussi hors de prix

En janvier dernier, alors que les dernières opérations portaient à 128 le nombre de porte-conteneurs de seconde main acquis par l’entreprise ajoutant une capacité de 500 000 EVP à sa flotte, Alphaliner estimait que le transporteur genevois y avait consacré 4 Md$. Les 207 navires (avec les toutes dernières opérations) représentent aujourd’hui une capacité totale d'environ 785 000 EVP

MSC dispose d’une flotte de 671 navires, dont 60 % en affrètement, soit une capacité de 4,4 MEVP avec 17,2 % de parts de marché mondial. Il a actuellement l’équivalent de 1,35 MEVP en commandes. 

A.D.