©garde-côtes canadiens

Le porte-conteneurs ZIM Kingston a perdu 40 conteneurs dans des conditions météorologiques très difficiles à l’ouest du détroit de Juan de Fuca, au sud de l'île de Vancouver, avant de prendre feu. L’incendie est stabilisé. Mais deux des conteneurs endommagés et partis à vau-l’eau contiennent 57 t de produits chimiques, classés pour leur caractère inflammable et toxique. 

 Les derniers mois avaient été relativement calmes après une série d’incendies spectaculaires et de pertes de boîtes en mer, parmi lesquels les  ONE Aquila, ONE Apus (1 816 conteneurs perdus)Maersk Essen (750), Maersk Eindhoven (260)… Le ZIM Kingston vient troubler la relative quiétude.

Les remorqueurs de la société américaine Resolve Marine Group sont venus à bout dans la soirée du dimanche 24 octobre de l’incendie qui s’est déclaré à bord du porte-conteneurs de 4 253 EVP, affrété par l’armateur israélien et géré par Danaos Shipping le vendredi 22 octobre. Le navire battant pavillon maltais, qui opère entre Pusan et Vancouver, a rencontré des conditions météorologiques très difficiles à l’ouest du détroit de Juan de Fuca, délimitant le Canada et les États-Unis au sud de l'île de Vancouver en Colombie-Britannique. Les eaux au large de la côte du Pacifique Nord-Ouest connaissent actuellement un phénomène météorologique sans précédent de type cyclone, avec une dépression record, des vents violents et une mer agitée.

Cedre : la perte de conteneurs en attente de solutions

Des tonnes de produits chimiques

Seize membres d'équipage avaient été immédiatement évacués à l’exception de cinq autres marins, restés à bord pour participer aux efforts de lutte contre l’incendie, avait déclaré la compagnie maritime ZIM dans un communiqué le 23 octobre.

Dans une actualisation dimanche soir, les garde-côtes canadiens ont indiqué que l'incendie avait été « stabilisé » et qu’une équipe de pompiers spécialisés dans les matières dangereuses devait monter à bord du navire le lundi 25 octobre si les conditions météorologiques le permettaient. Le Kingston a été sécurisé dans un mouillage situé à 10 km au large de Victor mais reste sous surveillance.

Une évaluation est en cours pour déterminer les risques de pollution des conteneurs et de collision pour la navigation alors que 40 conteneurs ont été perdus dans l'océan Pacifique. Ils sont actuellement repérés par les garde-côtes américains (USCG) et canadiens qui les filent dans leur progression.

Deux des conteneurs, qui ont pris feu, contiennent 57 t de produits chimiques, classés dans les dangereux pour leur caractère inflammable et toxique. L’accident devrait relancer le débat sur l’un des sujets épineux pour le transport maritime, toujours en attente de solutions. 

Adeline Descamps