Après une décennie de dépression des taux de fret due à la surcapacité, les transporteurs avaient observé une certaine discipline entre 2018 et 2020. 2021 a rompu avec cette règle de bénédictin. Faut-il attribuer l’emballement dans les commandes au durcissement des réglementations internationales sur les émissions polluantes ? Pas tout à fait...
Cet article est réservé aux abonnés. Le contenu de ce site est le fruit du travail de la rédaction pour délivrer une information de qualité et exclusive. Cette mobilisation a un coût et est financée par le revenu généré par la publicité et l'abonnement. En vous abonnant, vous contribuez à cette chaîne de valeur et assurer la pérennité de notre média. Découvrez nos offres.

Logo Journal Marine Marchande

Je m'abonne

Déjà abonné ? Identifiez-vous