©DR

project44, dont les solutions logistiques donnent une visibilité en temps réel à la chaîne d’approvisionnement, vient de lever 420 M$ à l’occasion d’un second tour de table valorisant la start-up à 2,2 Md$. Les grands chargeurs ont manifestement bien perçu l’intérêt. La plateforme a engrangé 117 clients rien que sur le seul quatrième trimestre.

La visibilité en temps réel sur la chaîne d’approvisionnement n’a pas de prix. Ceux qui en font leur business dégagent de la valeur. project44, une entreprise dont les solutions logistiques SaaS permettent aux chargeurs de suivre en temps réel leur fret, de l’entrepôt à la destination, et ainsi d’anticiper toutes ruptures d’approvisionnement, vient de lever, à l’occasion de son dernier tour de table, 420 M$ auprès de Goldman Sachs, Thoma Bravo, TPG et plusieurs fonds de capital-risque. En mai 2021, l’entreprise basée à Chicago était déjà parvenue à décrocher 200 M$. La transaction valorise la start-up créée il y a huit ans à 2,2 Md$, soit un milliard de dollars de plus que sa valorisation il y a huit mois.

Ses résultats ont attiré les capitaux. Les ventes, qui ont totalisé 100 M$ en 2021, ont augmenté de 170 % (12,7 M$) au dernier trimestre par rapport à la même période un an auparavant. Elle a alors engrangé 117 nouveaux clients.

Avec le millier d’utilisateurs de ses services (parmi lesquels Amazon, Danone, FedEx, General Mills, Goodyear, Kuehne & Nagel, Lenovo, Nestlé, Home Depot, Unilever, etc.) et son milliard de colis suivis, project44 triomphe sur le marché de la visibilité de la chaîne d'approvisionnement, ayant incontestablement profité des retards de navires, de la congestion portuaire et de la désorganisation généralisée des services de transport. 

Rendre prévisible un secteur qui ne l’est pas

« project44 aide les entreprises à résoudre les défis de la chaîne d'approvisionnement allant de la pression inflationniste et des mesures de confinement à la météo imprévisible et aux goulots d'étranglement dans les ports. Notre croissance au cours de l'année écoulée témoigne de ces vents arrière macroéconomiques et de l'avantage concurrentiel que nous pouvons fournir à nos clients », se targue Jett McCandless, fondateur et PDG de project44.

Pour aider les chargeurs à naviguer dans les chaînes d'approvisionnement de plus en plus complexes, projet44 exploite les dispositifs ELD et télématiques. Ses solutions contextualisent une mine d’informations qui renseignent en temps réel sur les horaires de navigation, les retards, les réajustements des ETA....

L’an dernier, la société high tech a élargi sa couverture internationale à 166 pays et à 17 bureaux et a acquis Convey (qui a permis d'étendre ses prestations au dernier kilomètre et aux retours d'articles), Ocean Insights (qui a a apporté une visibilité sur les marchandises en mer) et ClearMetal dont les services exploitant l'intelligence artificielle et l'apprentissage automatique promettent de réduire les coûts tout au long de la supply chain.

Intérêts bien perçus

Manifestement les clients, dont certains acceptent de témoigner, étaient en attente d’une visibilité globale sur les arrivées et les départs de leurs importations et exportations. « En sachant où se trouvent nos marchandises, nous pouvons nous adapter aux interruptions et prendre des décisions proactives pour que nos distributeurs soient approvisionnés en stocks » explique Pat Kenefick, vice-président de la distribution et de la logistique mondiales chez AbbVie.

Pour Haribo, qui s’engage à livrer à temps mais dont la fabrication est éclatée dans le monde, « la parfaite coordination est essentielle pour nous et c'est pourquoi nous y investissons continuellement. Les données nous aident à prendre des décisions plus rapidement et plus intelligemment », justifie Stefan Sorce, chef de la logistique mondiale et directeur général de la société de logistique de Haribo. 

Beiersdorf, le géant allemand de la fabrication et distribution cosmétique (Nivea, Eucerin et La Prairie), estime que les événements continus de ces deux dernières années ont exercé « une pression sans précédent » sur les chaînes d'approvisionnement des fabricants de produits de consommation. « En cela, ils ne font que souligner l’urgente nécessité de mieux maîtriser les flux de transport afin de faire face aux perturbations de la chaîne d'approvisionnement », justifie Alessandro Bonanno, responsable de la logistique mondiale et du service client.

Adeline Descamps