©DR

 

Le principal hub d’avitaillement de navires qu’est Singapour a non seulement résisté à la pandémie mais a aussi augmenté ses ventes de carburant maritime au cours du premier trimestre, y compris en mars. L'autorité maritime et portuaire de la cité-État, qui a considérablement durci ses règles, vient pourtant d’agréer deux nouveaux fournisseurs de carburants. Les premiers depuis 2017.

Haut-lieu du bunkering avec 20 % du marché mondial d’avitaillement des navires et des dizaines de milliards de dollars de ventes de fuel de soute par an, Singapour ne faiblit pas. La pandémie ne se manifeste pas encore dans les statistiques du premier trimestre, ni même celles de mars. Sur les trois premiers mois de l’année, Singapour a enregistré une croissance de 5,4 % de ses ventes, qui ont atteint 12,72 Mt. Cette hausse s'expliquerait notamment par le VLSFO, « shooté » par les nouvelles réglementations sur le soufre de l’OMI. Les volumes de carburants maritimes ont non seulement tenu le coup mais ont encore augmenté en mars pour atteindre 4,3 Mt, soit une hausse de 442 600 t par rapport à février et de 231 400 t par rapport à l'année précédente. On estime à 3 828 le nombre de navires ayant fait escale à Singapour pour se ravitailler en mars, contre 3 593 le mois précédent. Le total des arrivées de navires à Singapour a connu une nouvelle augmentation d'environ 10 % en mars par rapport à février.

Premières licences accordées depuis 2017

L’autorité maritime et portuaire de Singapour (Maritime & Port Authority of Singapore, MPA) a par ailleurs communiqué sur les deux nouvelles licences qu’elle avait accordées à Minerva Bunkering et TFG Marine, suite à son appel à candidatures lancé en décembre 2019 en vue de fournir du carburant maritime aux navires. Ces agréments font figure d’événement. Ils sont les premiers à être délivrés depuis 2017 alors que l'autorité de régulation portuaire a durci ses règles. Les opérateurs sont désormais tenus à une double exigence : détenir deux licences, à la fois en tant que fournisseur et opérateur de soute, au lieu d’une auparavant. Les candidats doivent également posséder et exploiter au moins deux barges de soutage alimentées par des combustibles alternatifs. Ces nouvelles conditions d’exercice ainsi que les difficultés du marché ont exclu progressivement de ce marché les petits acteurs.

45 fournisseurs accrédités

« Ces deux nouveaux acteurs augmenteront l'approvisionnement en carburants conformes à la réglementation sur le soufre 2020 de l'Organisation maritime internationale sur le marché des soutes de Singapour », a déclaré l’autorité. Les fournisseurs de soute sont désormais au nombre de 45.

Les analystes estiment que l’annonce est de nature à apaiser les craintes sur l’offre depuis les difficultés financières révélées sur Hin Leong, la société mère d'Ocean Bunkering Services (OBS), troisième plus grand fournisseur de bunkers accrédité de Singapour en volume en 2019 (selon MPA). Le négociant en pétrole singapourien Hin Leong et sa filiale Ocean Tankers ont demandé le 18 avril à la Haute Cour de Singapour une protection de six mois contre leurs créanciers (23 banques) pour des dettes contractées dans le cadre de contrats à terme sur le pétrole. L’annulation de toutes les livraisons à partir du 18 avril aurait retiré du marché pas moins de 14 barges opérées par OBS.

Des entités liées par des participations aux groupes Trafigura et Mercuria

 « Dès le début du mois de mai, TFG Marine sera en mesure de fournir du fuel à haute teneur en soufre (HFO), du gasoil marin et du fuel à très basse teneur en soufre (VLSFO) aux vraquiers, pétroliers et porte-conteneurs faisant escale dans le port de Singapour », a assuré Anders Grønborg, directeur général de TFG Marine.

TFG Marine et Minerva Bunkering sont des entités liées par des participations respectivement aux groupes Trafigura et Mercuria, qui comptent parmi les plus grands négociants privés d’énergie, avec une présence significative à Singapour. La premier est une co-entreprise formée en 2020 entre le négociant Trafigura et les armements Frontline et Golden Ocean Group. Elle revendique une flotte de quelque 700 navires en propriété et affrétés et elle construit actuellement sa couverture mondiale via des accords. La seconde, une filiale de Mercuria Energy Group, a racheté en mars 2019 Aegean Marine Petroleum Network après que la société s’est placée sous la protection du chapter 11.

Adeline Descamps