©Total

 

Le géant pétrolier français a signé deux accords d’affrètement avec les armateurs Hafnia et Viken Shipping pour deux nouveaux aframax au GNL de 110 000 t chacun, à livrer en 2023. Nouvelle illustration de ses convictions – sa foi – dans le gaz naturel liquéfié comme un carburant marin pertinent pour réduire son l’empreinte carbone de ses activités de transport maritime.

Total a conclu des accords d'affrètement à long terme avec deux armateurs qui peuvent désormais commander chacun deux aframax de 110 000 tpl de GNL pour une livraison en 2023. Filiale de BW Group, un groupe maritime dans le transport et la production de gaz et de pétrole, propriétaire d’une flotte diversifiée (LR2, LR1, MR, handy…) de 178 pétroliers dont 103 sont en propriété ou affrétés, Hafnia, assure le transport de pétrole et de produits pétroliers pour le compte des principales compagnies pétrolières. Viken Shipping AS est une compagnie norvégienne créée en 1993 avec un actionnariat majoritairement familial

« Ce contrat d’affrètement s’inscrit dans le cadre de notre ambition climat et contribue à notre objectif de neutralité carbone pour nos opérations mondiales en 2050 ou avant. Il s’agit du deuxième contrat de ce type après celui signé en début d’année pour deux navires de type VLCC [Very Large Crude Carriers], livrables en 2022 », souligne Luc Gillet, Senior vice-president Shipping de Total.

Un signal envoyé au marché

Très impliqué dans le GNL en tant que producteur, avec un portefeuille global d’actifs de près de 50 Mt par an à l’horizon 2025, et fournisseur avec plus de 34 Mt de GNL vendus en 2019, Total envoie un signal au marché. Le GNL a perdu en  crédibilité dans le transport maritime et apparaît de plus en plus clairement comme un carburant de transition et non radicalement alternatif. Le méthanol et l’hydrogène tiennent la corde dans le secteur pour leur caractère plus pérenne même si à horizon lointain et non sans écueils technologiques.

Par rapport aux navires actuellement motorisés au fuel, le profil environnemental du GNL répond parfaitement aux émissions d’oxydes de soufre, de particules fines et  d’oxydes d’azote qu’il « abat » quasi totalement mais ne traite que peu les émissions de gaz à effet de serre. D’où son caractère de transition.

L’avitaillement des quatre navires sera assuré par Total Marine Fuels Global Solutions, la filiale de Total dédiée aux activités de soutage à l’échelle mondiale. Total se revendique deuxième acteur privé de GNL avec une part de marché mondiale de 10 % et un couverture tout au long de la chaîne de valeur du GNL, de la liquéfaction à la commercialisation. Le groupe français a des participations dans des terminaux de liquéfaction au Qatar, au Nigeria, en Russie, en Norvège, à Oman, en Égypte, aux Émirats Arabes Unis, aux États-Unis, en Australie ou encore en Angola.

Adeline Descamps