©ONE

 

L'analyse des dossiers de sinistres de l'assureur transport et logistique au cours des trois dernières années montre que la moitié des pertes de cargaisons frigorifiques sont le fait d’instructions opérationnelles mal comprises et de défauts de réglage de la température.

L’assureur a passé en revue les demandes d’indemnisation concernant les pertes de cargaisons réfrigérées pendant une période de trois ans. Près de 30 % (29 %) des incidents déclarés sont classés dans la catégorie « erreurs de communication » et 24 % dans celle des problèmes techniques en lien avec des défauts de réglage de température. Près de 20 % sont par ailleurs référencés en tant que « pannes de l’équipement ».

Il y a donc la moitié des événements référencés qui relèvent de la main de l’homme. « Nos propres expériences et les données tirées de notre historique de sinistres ont été renforcées par les témoignages que nous avons recueillis, indique Mike Yarwood, directeur général de la prévention des pertes du TT Club. Lorsqu'on sonde sur la perception des principaux facteurs de risque, les participants signalent des problèmes de communication, des incompréhensions, des instructions ambiguës ou incorrectes transmises entre les parties prenantes de la chaîne d'approvisionnement ».

 

Prévention

Pour prévenir les incidents, l’assureur a développé des applications tels que StopLoss - Temperature Controlled Cargo –, et organise des webinaires de prévention en présence de spécialistes de la sécurité logistique.

La sensibilité de nombreuses marchandises transportées dans des conditions de température contrôlée fait du soin à apporter au produit avant et pendant le transit une préoccupation primordiale. Carsten Jensen, consultant et expert spécialisé dans le transport de denrées périssables, le rappelait à l’occasion d’un webinaire organisé la semaine dernière. Pour le spécialiste, cinq points clés peuvent avoir une « incidence particulière » sur la prévention des pertes : la qualité des produits, la préparation des marchandises, l'emballage et l'arrimage corrects, l'attention portée aux irrégularités de température et le stockage et le transit prolongés.

Inquiétude quant à la demande croissante de transport de denrées périssables

« Il est clair qu'un certain nombre de ces processus échappent au contrôle du transitaire, du transporteur et de l'opérateur du terminal », a convenu le représentant de TT Club, qui s’inquiète de la demande de croissante de transport de denrées périssables. « Il paraît vital, dans ce contexte, que les maillons de la chaîne de transport soient mieux informés de tous les processus pertinents afin d'améliorer les efforts de collaboration de toutes les parties prenantes »

Fondé en 1968, le TT Club compte plus de 1 100 membres, parmi lesquels des propriétaires et des exploitants de conteneurs, des ports et des terminaux, ainsi que des entreprises de logistique, travaillant dans les domaines maritime, routier, ferroviaire et aérien.

A.D.